Emmanuel Macron, la "colonisation crime contre l’humanité", provoque un tollé

France - 16/02/2017 14h54
Lu 11 784 fois -   LORACTU.fr La Rédaction
Emmanuel Macron, la "colonisation crime contre l’humanité", provoque un tollé
Politique
Emmanuel Macron, candidat à la présidentielle, au milieu de la foule lors d'un meeting à Lyon, samedi 4 février 2017. (PHOTO: NZ/ LORACTU.fr)

Le candidat d’En Marche! a provoqué un tollé en qualifiant la colonisation française de «crime contre l’humanité» lors d’un déplacement en Algérie. La droite et le Front national ont fustigé les propos d’Emmanuel Macron l’accusant d’aller bien trop loin sur le sujet.

Emmanuel Macron qui effectuait un déplacement de deux jours à Alger en Algérie mardi et mercredi a qualifié la colonisation française de "crime contre l’humanité" et de "barbarie". La colonisation fait partie de l’histoire française. C’est un crime. C’est un crime contre l’humanité. C’est une vraie barbarie et ça fait partie de ce passé que nous devons regarder en face en présentant aussi nos excuses à l’égard de celles et ceux vers lesquels nous avons commis ces gestes. En même temps, il ne faut pas balayer  tout ce passé […] ll y a une jolie formule qui vaut pour l’Algérie : "La France a installé les droits de l’homme En Algérie. Simplement, elle a oublié de les lire" a-t-il dit interrogé par une télévision algérienne.

LIRE AUSSI. Emmanuel Macron qualifie la colonisation française de "crime contre l’humanité"

"Ces propos constituent une insulte à l'Histoire de France et à la mémoire de millions de Français. Ils n'honorent pas le candidat à l'élection présidentielle qui fait le choix de la repentance plutôt que celui d'une lecture objective de notre histoire. Une repentance, toujours agitée par la gauche et l'extrême-gauche, qui contribue malheureusement largement à la défiance d'une partie des nouvelles générations envers leur pays. De tels propos ne peuvent qu'alimenter un mal-être identitaire et contribuer à fracturer notre cohésion nationale, ce que je déplore (…)" a déploré Bernard Accoyer, secrétaire général des Républicains et soutien de M. Fillon.

- FN, PS, droite choqués -

Pour Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du PS: "Le +ni droite, ni gauche+, c'est un jour pour la colonisation positive, un jour crime contre l'humanité. #Macron" a dit sur Twitter le patron socialiste.

"M. Macron se trouve à la jonction de deux courants qui n'ont eu de cesse de rétrécir la France ces trente dernières années et que l'idéologie de la repentance réunit: d'une part, les professionnels de l'excuse et de la bien-pensance pour qui la France doit systématiquement renier sa grandeur, sa civilisation et sa culture, d'autre part les petits valets de la finance qui détestent l'idée de nation, souhaitent voir la France disparaître et les peuples se fondre dans de grands ensembles sans âmes ni valeurs" a déploré Nicolas Dupont-Aignan, candidat Debout La France à la présidentielle.

"Y a-t-il quelque chose de plus grave, quand on veut être président de la République, que d'aller à l'étranger pour accuser le pays qu'on veut diriger de crime contre l'humanité?", a demandé Mme Le Pen, qui répondait à quelques questions d'internautes. "En utilisant cette argumentation probablement pour des raisons bassement électoralistes, le crime, c'est M. Macron qui le commet. Il le commet contre son propre pays" a déploré la présidente du Front national et candidate à la présidentielle. Les propos d'Emmanuel Macron sur la colonisation "sont extrêmement choquants". "C'est une faute très grave" a déploré Florian Philippot.

- Un terme est "conforme" à la redéfinition du crime contre l'humanité, défend En Marche! -

Richard Ferrand, secrétaire général d'En Marche! et un des principaux lieutenants d'Emmanuel Macron, a défendu jeudi l'emploi par le candidat de l'expression de "crime contre l'humanité" pour désigner la colonisation française. Pour le député socialiste du Finistère, ce terme est "conforme" à la redéfinition du crime contre l'humanité votée par le Parlement français en 2010, alors que le candidat de la droite à la présidentielle François Fillon était Premier ministre.

M. Fillon avait jugé mercredi soir "indignes d'un candidat à la présidence de la République" les propos tenus par Emmanuel Macron en Algérie sur la colonisation française. "Il faut être rigoureux. François Fillon a pas mal de trous de mémoire", a répliqué M. Ferrand lors de l'émission en ligne ".pol" (Huffington Post, JDD, L'internaute.com et Le Lab Europe 1).

"Il y a un trou de mémoire qui me paraît une faute politique grave de sa part: il a fait voter en 2010 au Parlement français la définition du crime contre l'humanité en calant cette définition sur celle de la Cour pénale internationale", a-t-il souligné. "Le crime contre l'humanité, dans son acception historique, avait une forte dimension génocidaire. La redéfinition de son concept est parfaitement conforme à ce que représente la colonisation", a pointé le soutien d'Emmanuel Macron.

Suggérer une correction

2Commentaires

mik357
M. T. - il y a 25 jours
Signaler un abus
Pourquoi pas un mot sur le dépôt de plainte q'une association de pieds noirs, le cercle algérianiste, a déposé ce lundi 27 février une plainte à l’encontre du candidat à la présidentielle 2017 En Marche pour ses propos sur la colonisation française en Algérie ? Toujours a accuser Fillon, puis Le Pen, mais rien sur cet odieux personnage, candidat de Fhollande ? Répondre
Urgo
Victor U. - il y a 21 jours
Signaler un abus
Tout cela est de l'histoire ancienne, et Macron aurait dû employer des termes plus mesurés. D'ailleurs, on se demande bien, ce qu'il allait faire en Algérie. L'élection présidentielle, c'est en France que ça se passe. Une fois élu, il aura toutes latitudes pour choisir les pays qu'il désire honorer de sa présence. Répondre
Envoyer
Top Actu
153 000 €
Hellimer - 160 m²
Maison Hellimer
219 500 €
Velaine-en-Haye - 113 m²
Maison Velaine-en-Haye
219 000 €
Briey - 130 m²
Maison Briey
avec Logo Immoregion.fr
Suivez LORACTU.fr
télécharger notre extension