Marine Le Pen toujours en tête, Fillon s'effondre même dans son camp

France - 16/02/2017 15h44
Lu 18 106 fois -   LORACTU.fr La Rédaction
Marine Le Pen toujours en tête, Fillon s'effondre même dans son camp
Politique
Dimanche 5 février 2017, Marine Le Pen (FN) candidate à la présidentielle à Lyon lors de son meeting d'entrée en campagne.

François Fillon paie les conséquences de l'affaire Penelope dans le dernier baromètre Ipsos-Steria publié jeudi dans le journal Le Monde. Le candidat Les Républicains exclut d'ailleurs de se retirer de la course à la présidentielle quitte à risquer l'élimination dès le premier tour, selon ce sondage. Marine Le Pen reste en tête, Emmanuel Macron deuxième homme et Benoit Hamon en progression. 

La marche triomphale de François Fillon à l’issue de la primaire vers la victoire présidentielle a été brutalement interrompue par les révélations de la presse sur les emplois de son épouse et de ses enfants et leur niveau de rémunération. L’enquête électorale du CEVIPOF réalisée par Ipsos-Sopra Steria pour Le Monde publiée ce jeudi  permet d’en analyser les raisons. Elle impacte tout d’abord fortement les intentions de vote : 18,5% aujourd’hui, soit une perte de 6,5 points en un mois.

Malgré tout, la chute est encore plus accentuée là où François Fillon était au plus haut : - 9 chez les indépendants, - 8 chez les foyers gagnant entre 3500 et 6 000 euros et surtout, - 13 chez les sympathisants LR, – 11 chez ceux de l’UDI et - 10 chez les électeurs de Nicolas Sarkozy de 2012.

La déception est patente, avouée par 44% des sympathisants LR et 47% des UDI, la thèse du complot ou d’une affaire politique pour discréditer M. Fillon et l’empêcher d’être candidat étant réfutée par un sympathisant de droite sur deux. Autre indice négatif pour le candidat LR, son potentiel électoral reste faible, à peine supérieur à celui des intentions de vote : 19% seulement de l’électorat déclare qu’il y a de fortes chances qu’il vote pour lui, contre 28% pour Emmanuel Macron, qui dispose donc de réserves plus importantes.

Chez les seuls sympathisants LR, le phénomène est plus clair encore : sur les 11 points de perte dus à des transferts vers d’autres candidats, 6 vont vers E. Macron, 2,5 vers M. Le Pen. Enfin, en terme d’image, l’affaire est venue percuter avec une rare intensité ce qui faisait le socle de l’image personnelle de François Fillon : 76% des Français considèrent maintenant qu’il n’est pas honnête (note de 0 à 3), 51% des sympathisants UDI et 43% des LR ; 69% qu’il ne comprend pas bien les problèmes des gens, 41% des UDI et 31% des LR.

Peut-on pour autant considérer que cette affaire rend définitivement impossible la qualification au second tour de François Fillon et sa victoire finale ? Non, et pas seulement parce qu’il reste près de deux mois de campagne électorale pleine d’inconnues. En effet, si l’image personnelle de François Fillon a été considérablement abimée, son image politique résiste : 28% des Français considèrent qu’il a vraiment l’étoffe d’un Président (note de 7 à 10). C’est 7 points de plus qu’Emmanuel Macron et que Marine Le Pen. Et dans son camp, cette conviction reste très majoritairement ancrée : 58% chez les sympathisants UDI et 65% chez les LR.

- L'image de Fillon s'effondre, même à droite -

De même, sa détermination à changer les choses a certes été entamée mais elle reste relativement élevée, notamment à droite. Le deuxième point à prendre en compte est la persistance d’un socle électoral qui, pour l’heure, reste au-dessus de 18%. Malgré les fuites d’une partie des électeurs LR et surtout UDI vers Emmanuel Macron, c’est encore 63% des premiers et 44% des seconds qui, 3 semaines après le début de cette affaire, déclarent avoir toujours l’intention de voter pour le vainqueur de la primaire.

Cette résistance montre qu’il y a bien un électorat de droite décidé à voter coute que coute pour le candidat LR tant il souhaite une alternance de droite après un quinquennat de gauche. Le troisième élément est que sur les 6,5 points de baisse des intentions de vote de François Fillon, 2,5 sont dus à des effet de démobilisation de son électorat, non à des effets de transferts vers un autre candidat. Ces électeurs de François Fillon, aujourd’hui moins décidés à aller voter à la présidentielle, peuvent donc demain se remobiliser. Enfin, notre enquête montre aussi qu’une candidature de François Bayrou affaiblirait davantage Macron que Fillon. Avec 6% d’intentions de vote, François Bayrou permet à F. Fillon de réduire l’écart avec Emmanuel Macron à 2,5 points plutôt que 4,5. Tout simplement parce que 42% des électeurs de François Bayrou choisissent, s’il n’est pas candidat, le leader d’En Marche et 11% seulement Fillon. François Fillon est donc considérablement affaibli dans l’opinion et Emmanuel Macron, à 2 mois du scrutin, a pris l’avantage. 

Suggérer une correction
Top Actu
700 €
Pont-à-Mousson - 142 m²
Appartement Pont-à-Mousson
500 000 €
Hettange-Grande - 180 m²
Maison Hettange-Grande
95 000 €
Aubréville - 165 m²
Maison Aubréville
avec Logo Immoregion.fr
Suivez LORACTU.fr
télécharger notre extension