En meeting, Marine Le Pen affirme qu'avec elle, il n'y aurait pas eu de terroristes

France - 18/04/2017 01h57
Lu 24 482 fois -   LORACTU.fr La Rédaction
En meeting, Marine Le Pen affirme qu'avec elle, il n'y aurait pas eu de terroristes
Politique
Marine Le Pen lors d'un meeting au Zénith de Paris, lundi 17 avril 2017.

La candidate du Front national a offert un discours musclé lundi soir au Zénith de Paris lors d'un grand meeting de campagne où elle a aussi répondu à son adversaire Emmanuel Macron. Marine Le Pen a aussi affirmé "qu'avec elle", il n'y "aurait pas eu" Mohamed Merrah avant de citer l'ensembles des terroristes qui ont frappé en France ces derniers mois lors d'attentats sanglants. 

Marine Le Pen, en baisse dans les sondages d'intentions de vote, a livré un discours musclé concentré sur les sujets identitaires lundi soir au Zénith de Paris. Devant 6 000 militants frontistes, elle a pris la parole dans un contexte tendu. 

Plus tôt dans la soirée, de violents affrontements ont éclaté en marge de la salle où le député apparenté FN Gilbert  Collard a été pris à partie par des casseurs. Alors qu'elle venait de prendre la parole, Mme Le Pen a également été gênée par une femme, probablement une Femen, qui a fait irruption sur scène, rapidemen évacuée par le service d'odre de la candidate. 

"Avec moi il n'y aurait pas eu Mohamed Merrah" a-t-elle assuré à la tribune faisant référence au terroriste de Toulouse qui avait tué plusieurs militaires et pris pour cible une école juive en 2012. Elle a assuré durant son dicsours  que si elle avait été au pouvoir, il n'y aurait pas eu les attentats commis en France depuis plus de cinq ans. Celui  de l'école juive "aurait été expulsé de France" en raison de sa "double nationalité" et de son casier judiciaire "chargé" a critiqué la candidate du Front national désormais créditée de 22 à 23% des intentions de vote dans les enquêtes d'opinion.

INTERVIEW EXCLUSIVE. Marine Le Pen: "les idées que je porte sont majoritaires dans le pays"

Elle a poursuivi en indiquant qu'il ny aurait pas eu les frères Kouachi de Charlie Hebdo ou encore le tireur de l'Hyper Cacher Koulibali ainsi que le "tueur de Nice", le "tueur de Villejuif". "Il n'y aurait pas eu non plus les kamikazes du Bataclan" car, a-t-elle dit, "ils ne seraient pas entrés dans notre pays". Les "fichés S" qui ont tué le père Hamel
à Saint-Etienne-du-Rouvray en juillet dernier ou celui du couple de policiers à Magnanville auraient été "incarcérés". "Avec les fichés S étrangers, j'assume ma clareté, ils sont expulsés dans mon pays d'origine" a rappelé la candidate du FN. "Les fichés S Français auraient été poursuivis pour intelligence avec l'ennemi puis incarcérés" a-t-elle, dit  sous les huées de la salle et les "on est chez nous!". La candidate a également fait applaudir les gardiens de prison.

- Un moratoire sur l'immigration -

Marine Le Pen, l'utra-favorite qui perd en vitesse

"Je veux des Français de filiation, de désir" a poursuivi Mme Le Pen donnée au coude-à-coude avec son rival M. Macron qui a tenu un discours radicalement différent dans l'après-midi à quelques kilomètres de là, à Paris-Bercy. "Devenir  Français ça s'hérite ou ça se mérite" a lancé sous les applaudissements la candidate frontiste. Elle a également attaqué François Fillon qui "n'a pas été très visionnaire" en "supprimant 12 000 postes de policiers et de gendarmes" a critiqué Marine Le Pen. Poursuivant son discours sur l'identité, l'immigration, la sécurité et le terrorisme, elle a promis de "supprimer les avantages fiscaux offerts au Qatar et l'Arabie Saoudite" et "maintenus par M. M. Fillon et Hollande-Macron" qu'elle a renvoyé dos-à-dos. "L'espace public est devenu une zone d'insécurité" a déploré la leader d'extrême droite. 

"Les étrangers n'ont pas à craindre de ma présidence" a lancé Mme Le Pen dans son opératioin reconquête alors que le climat se tend à quelques jours du premier tour à son encontre. "En France, on ne demande pas aux femmes de se cacher derrière des voiles parce qu'elles seraient impures" a lâché Marine Le Pen qui a aussi évoqué un lien entre terrorisme, délinquance et immigration. "Tous les migrants ne sont des terroristes et des délinquants, bien sûr" a-t-elle jugé bon de nuancer devant ses militants. 

Suggérer une correction

0 Commentaire

Envoyer
Top Actu
206 500 €
Sexey-aux-Forges - 105 m²
Maison Sexey-aux-Forges
130 000 €
Senones - 110 m²
Maison Senones
89 000 €
Senones - 160 m²
Maison Senones
57 000 €
Senones - 83 m²
Appartement Senones
avec Logo Immoregion.fr
Suivez LORACTU.fr
télécharger notre extension