Ferrand, Bayrou, Goulard, De Sarnez: quatre ministres tombent face aux affaires et quittent le gouvernement

France - 21/06/2017 10h32 - mis à jour le 21/06/2017 10h59
Lu 8 273 fois -   LORACTU.fr La Rédaction
Ferrand, Bayrou, Goulard, De Sarnez: quatre ministres tombent face aux affaires et quittent le gouvernement
Politique
François Bayrou, Sylvie Goulard, Marielle de Sarnez et Richard Ferrand.

Quatre ministres, dont deux en charge de dossiers régaliens, ont quitté le gouvernement en deux jours avant l'annonce du remaniement prévu ce mercredi vers 18H.  François Bayrou et Marielle de Sarnez​ ont annoncé leur départ ce mercredi, acceptés par le Premier ministre Edouard Philippe. 

Les affaires ont fait tomber quatre ministres en 48 heures alors qu'un remaniement se prépare en coulisses après le second tour des législatives. Emmanuel Macron et Edouard Philippe perdent un membre fidèle de la macronie et trois membres du MoDem, allié important de la majorité mais plus indispensable. Un nouveau gouvernement doit être annoncé vers 18H ce mercredi 18H. Un remaniement "technique" devenu politique bien plus important que prévu. Richard Ferrand a quitté le ministère de la Cohésion avec les territoires lundi, Sylvie Goulard a quitté son poste de ministre des armées mardi matin tandis que François Bayrou à la Justice et Marielle de Sarnez. 

François Bayrou jette l'éponge

Le ministre de la Justice François Bayrou, mis en difficulté par l'enquête liée aux soupçons d'emplois fictifs d'assistants parlementaires européens qui vise le MoDem, annonce à l'AFP qu'il quitte le gouvernement. "J'ai pris la décision de ne pas faire partie du prochain gouvernement. Je donnerai une conférence cet après-midi à 17 heures", a déclaré le président du MoDem en assurant que cette décision était la sienne et qu'elle n'avait été dictée par personne.

Les quelques semaines de François Bayrou passées au gouvernement auront été marquées, en marge de cette affaire de soupçons d'emplois fictifs, par plusieurs recadrages de la part du premier ministre vis-à-vis de la liberté de parole du garde des Sceaux. Hier, Édouard Philippe affirmait qu'il n'y avait "aucun" problème au maintien de François Bayrou au sein du gouvernement. Le premier ministre "prend acte" et "respecte" la décision de François Bayrou de quitter le gouvernement, indique Matignon à l'AFP. L'exécutif maintien par ailleurs "l'objectif" d'annoncer le gouvernement avant 18 heures.

Marielle de Sarnez quitte également le gouvernement pour l'Assemblée

La ministre déléguée aux Affaires européennes ne participera pas non plus à la nouvelle équipe gouvernementale, a annoncé une source au sein du MoDem à l'AFP. La vice-présidente du parti centriste présidera le groupe MoDem à l'Assemblée nationale. "Tout est ouvert pour moi, ma mission au gouvernement ou la présidence du groupe MoDem à l'Assemblée", déclarait hier Marielle de Sarnez, dont le nom est l'un des deux cités au moment du signalement à la justice, par une eurodéputée FN, de plusieurs cas d'assistants cumulant leur travail au Parlement avec des fonctions politiques.

Sylvie Goulard accepte de "risquer un poste"

Sylvie Goulard a quitté son poste de ministre des Armées. La numéro 4 du gouvernement a annoncé sa décision de ne plus "faire partie du gouvernement" en raison de l'enquête ouverte pour des soupçons d'emplois fictifs au Modem. Cette annonce, au lendemain de celle selon laquelle Richard Ferrand ne sera lui non plus pas reconduit à la Cohésion des territoires, laisse attendre un remaniement plus important que prévu.

Lors de son discours d'adieu, hier, la ministre des Armées Sylvie Goulard a expliqué sa décision de ne pas rester à son poste. "Je ne souhaitais pas exercer" la charge de ministre des Armées "sans pouvoir m'y consacrer à temps plein, en étant détournée par des considérations qui ne sont pas à la hauteur des attentes que porte ce ministère", a-t-elle expliqué. Cet extrait de sa prise de parole a été isolé par BFMTV. "Certains sont prêts à risquer leur vie, on peut aussi risquer un poste", a-t-elle conclu. 

Richard Ferrand, un fidèle qui part diriger les "bébés Macron" à l'Assemblée

Visé par une enquête préliminaire du parquet de Brest pour des soupçons de favoritisme et de conflit d'intérêts, le ministre de la Cohésion des territoires, Richard Ferrand, ne survivra pas au «remaniement de courtoisie» qui est imminent. Arrivé en milieu d'après-midi lundi à l'Élysée, où il est resté jusqu'à 18h30 environ, il a été successivement reçu par le secrétaire général du palais, Alexis Kohler, puis le chef de l'État, Emmanuel Macron, qui lui a signifié cette décision. Toutefois, selon un proche des deux hommes, Emmanuel Macron a proposé à Richard Ferrand - qui a été réélu dimanche dans la 6e circonscription du Finistère - de prendre la présidence du groupe LREM à l'Assemblée nationale.

Suggérer une correction
Top Actu
79 000 €
Moyeuvre-Grande - 116 m²
Appartement Moyeuvre-Grande
450 €
Amnéville - 65 m²
Appartement Amnéville
avec Logo Immoregion.fr
Suivez LORACTU.fr
télécharger notre extension