Votre recherche:



Votre publicité ici

Votre publicité ici

07/01/2014 16:23
Metz, Nancy, France /
Société
La Rédaction

En sortant en moyenne un spectacle par an, Dieudonné rassemble les foules dans ses shows. Les spectateurs sont là pour lui, pour le soutenir face à l’interdiction de ses spectacles.

 

Au cœur de la polémique de la Dieudosphère, l’humoriste Dieudonné continue son one man show en France. Il se produisait le dimanche 5 janvier dernier, à 15 heures au théâtre de la main d’Or. Un théâtre que pourrait d’ailleurs faire fermer Aurélie Filippetti, ministre de la Culture. Deux cent personnes se sont présentées au spectacle. Dans la foule, tous les styles se fréquentent. Des femmes voilées, des jeunes, des hommes d’une quarantaine d’années proches de l’extrême droite ou bien des personnes «apolitiques» qui veulent «rire», des «antisystèmes». Dans la salle, au premier rang, une quinquagénaire prend des photos de sa petite fille réalisant le geste de la quenelle devant la scène du théâtre.Au cours du spectacle, la foule réagit en symbiose avec le comédien, aucun mécontent ne se manifeste, ni ne perturbe le spectacle de Dieudonné. C’est une salle hilare qui a du mal à reprendre son souffle face aux répliques crues de l’humoriste.

 

Les thèmes de ses spectacles touchent de près au nazisme, aux juifs et à la Shoah. Dieudonné profite des polémiques récentes pour critiquer les personnalités allant à l’encontre de ses spectacles. Le nom du spectacle «Le Mur» symbolise deux choses. L’un représente la richesse, les médias. Le second côté représente la liberté d’expression avec les ronces, les cailloux. A la fin du spectacle Dieudonné incite les spectateurs à l’accompagner «du côté de la liberté d’expression». Une incitation qui est véritable argument marketing. A Metz par exemple, où Dieudonné doit se produire le 18 janvier prochain, près de 2 000 places à 43 euros se seraient déjà vendues. L’objectif serait porté sur 3 000 places qui «devraient se vendre assez facilement» selon un revendeur de billetterie de spectacles.

 

«L’Etat ne doit pas m’interdire d’aller voir Dieudonné !»

 

La liberté d’expression, une notion que Dieudonné a choisi d’illustrer par le geste de la quenelle. Un geste, aussitôt repris par ses fans pour dénoncer les pouvoirs publics. A l’entrée du théâtre de la Main d’Or, des photos des «meilleurs quenelles» attirent le regard. Jeunes mariés, agriculteurs, personnalités politiques piégées par des jeunes. Cette mode provoque un exutoire comique face à la gravité de chaque situation. Un geste qui signifie également le soutien porté à Dieudonné. C’est le cas de d’Anelka qui l’a utilisé pour célébrer son but en Angleterre le 28 novembre dernier.

 

C’est un phénomène qui s’amplifie sur les réseaux sociaux. Certaines vidéos de la chaîne de l’humoriste comptent plus de deux millions de vues. En l’occurrence, sa pétition pour la dissolution de la ligue contre le racisme et l’antisémitisme a récolté 100 000 signatures. Un résultat qui prouve l’influence de Dieudonné sur les jeunes utilisant les réseaux sociaux. Une tendance qui motive d’ailleurs Manuel Valls à être en première ligne. Le ministre de l’Intérieur ne «supporte pas» la haine «ordinaire» des juifs exprimée dans les cours d’école ou dans les banlieues difficiles.

 

Un succès qui porte aussi sur les réseaux sociaux des médias qui traitent en temps réel «l’affaire Dieudonné». «Je ne comprends pas que l’on puisse dire que Dieudonné est antisémite. La parole n’est donnée qu’à ses détracteurs. Il émet une critique du système. Il n’est pas obsédé par les juifs» affirme une «fan» de Dieudonné qui a décroché son téléphone pour appeler LOR’Actu.fr et se plaindre du traitement médiatique réservé à l’humoriste. «J’aimerai qu’on me laisser aller voir en paix Dieudonné, l’Etat ne doit pas me l’interdire !» s’agace-t-elle. Si elle a souhaité conserver l’anonymat, elle n’hésite pas à donner quelques indications sur son profil. «Je suis une mère de famille, je ne suis pas raciste, antisémite ou haineuse. J’aime rire avec un humoriste qui casse les codes. Je ne suis pas fan de ceux qu’on voit partout à la télévision» estime-t-elle. Elle affirme qu’elle ira à Metz le voir aux Arènes le 18 janvier prochain. «Je suis prêt à manifester si le Préfet, le maire ou Valls l’interdit» conclut-elle.

 

A ce jour, les Préfecture de Meurthe-et-Moselle ou de Moselle n’ont pas encore pris de décision. Le maire de Metz qui avait pourtant demandé à l’Etat d’interdire le spectacle de Dieudonné n’a toujours pas suivi la circulaire de Manuel Valls. Même constat à Maxéville où est implanté le Zénith de Nancy. Bordeaux, Nantes et Tours ont déjà interdit les spectacles prévus dans leur ville. Le Préfet de Loire-Atlantique suit la décision de Nantes en interdisant à son tour la représentation prévue ce jeudi. 

 
Commentaires
>> Réagir à cet article


Question antispam : Comment s'appelle le mari de Sophie dans le couple Marc et Sophie ?
Le 08/01/2014 02:33
par jclaude
a cause de ce con je n'ose meme plus acheter des quenelles de peur d'etre poursuivi en justice.
en plus j'aime ça.
>> Répondre à ce commentaire


Question antispam : Comment s'appelle le mari de Sophie dans le couple Marc et Sophie ?
Le 08/01/2014 09:52
par tylerdunder
on en ras le bol des articles sur Dieudonné ! Les extrêmes nourrissent les extrêmes c'est bien connu; Les médias lui font trop de pub
>> Répondre à ce commentaire


Question antispam : Comment s'appelle le mari de Sophie dans le couple Marc et Sophie ?

 

LOR'Actu.fr est un service d'informations en région Lorraine (Moselle, Meurthe-et-Moselle, Meuse et Vosges). Retrouvez ici de nombreux contenus : photos, vidéos, sons, jeux et cadeaux, à Metz, Nancy et toutes les villes de Lorraine; mais aussi de nombreuses actualités à Metz, Nancy, Thionville, Epinal, Sarreguemines, et Bar-le-Duc sur le Cinéma, la Culture, l'Economie, les Faits divers, les Loisirs, les Médias, la Politique, la Société, les Sorties, les Sports.