Classes bilangues : "pas de dérogation" pour l'Alsace-Lorraine, selon le recteur

Metz - 28/04/2015 18h27 - mis à jour le 28/04/2015 19h27
Lu 12 161 fois -   LORACTU.fr La Rédaction
Classes bilangues : "pas de dérogation" pour l'Alsace-Lorraine, selon le recteur
Politique
La ministre de l'Education Nationale lors d'une visite dans un collège PHOTO : Philippe Devernay / MENESR

"Il n'y aura aucune dérogation, pour aucune académie, pour aucune région de France" a déclaré Gilles Pécout, recteur de l'académie Nancy-Metz et recteur coordonnateur de la future région ALCA.

La réforme des collèges de la ministre de l'Education Najat Vallaud-Belkacem n'a pas fini de faire parler d'elle. En effet, les classes bilangues qui permettaient aux collégiens de choisir une seconde langue vivante dès la 6ème sont amenées à disparaître à partir de la rentrée 2016, tout comme les sections européennes. Jugées trop "élitistes" par le gouvernement, ces classes concernaient 15% des élèves français. 

La disparition de ces renforcements linguistiques proposés aux élèves dès leur entrée au collège ayant inquiété les élus locaux, des dispositions avaient été prises pour tenter de sauver ces classes bilangues. Cependant, le reteur coordonnateur de la future région ALCA a démenti en précisant "qu'aucune dérogation ne serait accordée à aucune région" car "il n'y a pas besoin de dérogation".

Les classes bilangues sont donc belles et bien condamnées à disparaître en 6ème pour les élèves pratiquant l'anglais en première langue vivante. Seuls les élèves suivant un enseignement de première langue vivante autre que l'anglais auront la possibilité de choisir une deuxième langue dès la 6ème. Pour les autres, il faudra attendre la 5ème. Les sections européennes, sont elles-aussi amenées à disparaître.

Selon André Rossinot, cette mesure est une "régression"

Président de la communauté d'agglomération du Grand Nancy, l'ancien ministre André Rossinot (UDI) est inquiet face à la disparition des classes bilangues en 6ème : "la mesure proposée par le gouvernement constitue une régression pour les partenaires associatifs, pour la communauté éducative et pour tous ceux qui, nombreux dans le Grand Nancy, oeuvrent quotidiennement, avec le Goethe Institut, avec l'Université de Lorraine, avec les communes, pour donner aux jeunes les moyens d'être, très tôt, des citoyens européens".

Selon l'ancien maire de la ville de Nancy, cette mesure pourrait bien compromettre certains partenariats entre la Sarre et la Lorraine, en termes économique et d'emploi, soutenus par le Grand Nancy. Il rappelle au passage qu'un besoin en main d'oeuvre à hauteur de 130 000 emplois supplémentaires est attendu par les partenaires de Sarre et de Rhénanie Palatinat.

L'Alsace avait pourtant indiqué avoir "sauvé" ses classes bilangues 

Le recteur de l'académie de Strasbourg, Jacques-Pierre Gougeon, avait déclaré à nos confrères de France Bleu Alsace que l'Alsace allait conserver ces classes bilangues. La suppression des classes bilangues en sixième (16% des collégiens), prévue dans le cadre de la réforme des collèges, vise à permettre à 100% des élèves de commencer une deuxième langue plus tôt, en cinquième, selon le gouvernement. 60% des collégiens alsaciens, une région où l'allemand occupe une place particulière en raison de sa situation frontalière, sont dans une classe bilangue. Ce dispositif ne concerne que 15,9% des collégiens dans toute la France.

Mais finalement, la directrice générale de l’enseignement scolaire, Florence Robine a assuré qu'il n'y a pas de cas particulier en Alsace et que la réforme des collèges s'appliquera bien en Alsace comme dans le reste de la France, démentant par ailleurs les propos du recteur de la région. En Alsace comme en Lorraine, de nombreux élus se battent pour sauver ces classes bilangues et européennes en 6ème. En Lorraine, André Rossinot, Patrick Weiten, Célest Lett ou encore Nathalie Griesbeck se sont engagés. Dans le Haut-Rhin, le nouveau président UMP du département a même proposé de rendre obligatoire l'apprentissage de l'allemand en Alsace. 

Suggérer une correction

3Commentaires

Heimatrechtler
Philippe S. - il y a 2 ans
Signaler un abus
En Alsace, il n'y a qu'environ 12% de classes bilingues paritaires (associatives et publiques), toutes arrachées aux forceps à un état récalcitrant par les parents les plus déterminés. La France ayant tout entrepris, y compris le pire, pour éradiquer notre langue sous ses deux variantes (le Hochdeutsch à l'écrit, et nos dialectes alémaniques à l'oral) et pour nous imposer la dictature de la langue française d'outre-Vosges. Cela veut donc dire que 88% des classes chez nous enseignent exclusivement dans la langue coloniale. Les classes bilangues ne sont que des offres complémentaires. Imaginez l'indignation française si 88% des classes au Québec étaient exclusivement anglophones avec seulement 12 % de classes bilingues anglais-français !!! On voit bien que cette réforme territoriale scélérate n' a d'autre but que de nous noyer dans une mégalo-région Grand-Est pour nous minoriser et pour nous empêcher de décider quoi que ce soit chez nous, pour nous-mêmes et par nous-mêmes, à la manière des Sarrois qui eux ont librement et souverainement (l'Allemagne est une démocratie, elle !) décidé de bilinguiser leur administration et leur système scolaire sur le modèle luxembourgeois. La France est une dictature pan-francophone rétrograde et anti-démocratique. Elle n'a toujours pas ratifiée la Charte Européenne des Langues Régionales, ce qui ne l'empêche pas de défendre hypocritement les droits linguistiques fondamentaux des minorités régionales francophones à l'étranger (dialectophones Québécois, patoisants Acadiens, Wallons, Romands, Valdotains), lorsqu'elle ne soutient pas carrément la-bas le séparatisme ethno-linguistique ("Vive le Québec libre !" ; "la Wallonie manque à la France !") qu'elle condamne avec la dernière virulence en Corse, en Bretagne, au Pays Basque ou en Alsace. Quelle duplicité, quelle imposture ! Répondre
iverson
Marcel p. - il y a 1 an
Signaler un abus
De toute façon l allemand c'est la langue la plus dégueulasse du monde mais bon nos collégiens français sont déjà des beuilles elle à raison abrutissont les encore plus! À quand des cours de télé réalité? Répondre
Voir les commentaires suivants
Envoyer
Top Actu
124 000 €
Guerting - 173 m²
Maison Guerting
189 000 €
Hagondange - 67 m²
Appartement Hagondange
160 000 €
Longwy - 130 m²
Maison Longwy
154 000 €
Metz - 81 m²
Appartement Metz
avec Logo Immoregion.fr
Suivez LORACTU.fr
télécharger notre extension