Quatre adjoints au maire PS de Metz rejoignent Emmanuel Macron

Metz - 04/11/2016 15h50
Lu 9 332 fois -   LORACTU.fr La Rédaction
Quatre adjoints au maire PS de Metz rejoignent Emmanuel Macron
Politique
Emmanuel Macron en octobre 2016 lors d'un meeting de "diagnostic" à Strasbourg (Bas-Rhin).

Plusieurs adjoints de la majorité PS-EELV-PCF de Metz (Moselle) ont décidé de rejoindre l’ex-ministre de l’Economie et probable candidat à la présidentielle de 2017. Le maire socialiste de Metz Dominique Gros n’a pas encore annoncé son ralliement, ménageant le suspense.

Quatre adjoints du maire socialiste de Metz, Dominique Gros, ont annoncé ces dernières semaines leur ralliement à Emmanuel Macron. Raphaël Pitti, conseiller délégué à l’urgence sociale, Thierry Jean, adjoint aux affaires économiques, Richard Lioger, premier adjoint en charge de l’urbanisation et Béatrice Agamennone adjointe aux espaces verts, au développement des parcs et des jardins partagés et à l’agriculture périurbaine rejoignent M. Macron dans sa probable course à la présidentielle. Cette dernière, Mme Agamennone (sans étiquette, société civile) rejoint l’organigramme du mouvement En Marche en prenant la tête du secteur de la Moselle. 

Le mouvement d’Emmanuel Macron rassemblera ce samedi à Paris ses 700 référents locaux tandis que l’ancien ministre a tenu trois grands meeting de diagnostic en octobre (Strasbourg, Le Mans et Montpelier) avant de décliner des propositions en novembre et annoncer probablement sa candidature à la fin du mois ou au courant du mois de décembre. 

Le choix de se présenter à la présidence de la République "n'est pas suspendu" à la décision de François Hollande, affirme Emmanuel Macron, vendredi dans un entretien au quotidien La Dépêche du Midi.

"Le choix qui devra être le nôtre n'est pas suspendu aux décisions qui peuvent être prises par tel ou tel. C'est un choix qui doit être pris en conscience, de manière déterminée et qui ne dépend pas des agendas des autres responsables politiques quels qu'ils soient", explique l'ancien ministre de l’Économie, interrogé sur la possibilité de se présenter "humainement et politiquement" contre le président sortant.

Sur ses rapports avec le chef de l'Etat qui l'avait nommé au gouvernement, dont il a démissionné fin août, M. Macron affirme qu'il a "du respect à titre personnel et institutionnel". Mais de souligner que lorsqu'on "donne une responsabilité politique à quelqu'un, on le fait parce qu'on pense qu'il a les compétences qui lui permettent de l'exercer".

"Nous ne sommes pas dans un système féodal qui ferait de moi l'obligé. Je n'ai pas depuis dix, vingt ou trente ans construit une carrière politique dans le sillage de François Hollande. J'ai construit ma propre indépendance, ma propre liberté", ajoute-t-il. Enfin sur l'attitude des politiques vis à vis de M. Hollande, Emmanuel Macron déplore l'actuel manque de respect. "On peut avoir des désaccords -et j'en ai- mais je considère que nul ne se grandit à manquer de respect ou à rabaisser le président de la République", dit-il.

 

Suggérer une correction

0 Commentaire

Envoyer
Top Actu
263 754 €
Terville - 92 m²
Maison Terville
256 635 €
Terville - 89 m²
Maison Terville
273 038 €
Terville - 86 m²
Maison Terville
254 710 €
Terville - 93 m²
Maison Terville
avec Logo Immoregion.fr
Suivez LORACTU.fr
télécharger notre extension