EN DIRECT. Présidentielle: suivez le meeting de Marine Le Pen à Metz

Metz - 18/03/2017 06h07 - mis à jour le 18/03/2017 16h32
Lu 23 173 fois -   LORACTU.fr La Rédaction
EN DIRECT. Présidentielle: suivez le meeting de Marine Le Pen à Metz
Politique
Marine Le Pen à Metz (Moselle), lors de son meeting du 18 mars 2017. (PHOTO: ARNAUD SCHERER/ LORACTU)

La candidate du Front national à la présidentielle tient un grand meeting ce samedi à Metz (Moselle), le seul qu'elle tiendra dans la région Grand-Est pour le premier tour. En tête des intentions de vote devant Emmanuel Macron et François Fillon, Marine Le Pen poursuit une campagne où elle reste solidement devant malgré des affaires judiciaires qui ne semble pas affaiblir la candidate dans les sondages. 

Dans une région qui a largement placé le Front national en tête aux européennes ou aux régionales, Marine Le Pen tient l'un de ses dix grands meetings régionaux samedi aux Arènes de Metz devant 3 à 4 000 sympathisants attendus de tout l'Est de la France. Malgré des affaires judiciaires, Mme Le Pen reste en tête des intentions de vote dans les sondages, entre 25 et 28%, devant Emmanuel Macron ou encore François Fillon. A Metz, la candidate frontiste va devoir montrer sa capacité à rassembler à 36 jours du premier tour. Coulisses, déclarations, annonces... suivez en direct dès 14H sur LORACTU le meeing de la candidate FN. 

 

"Mobilisez-vous au-delà de nos différences"

"Je vous demande de vous mobiliser au delà de nos différences, au-delà de nos différences de sexe, de croyance, de religion (...) je vous demande de vous mobiliser" lance Marine Le Pen en conclusion de son discours qui aura duré un peu plus d'une heure à Metz. 

"Vive la France" a-t-elle lancé avant de chanter la Marseillaise sur scène avec les élus FN de la région.


"Je veux arrêter le retrait de points pour les excès de vitesse de moins de 10km/h"

La candidate FN a dénoncé la politique du gouvernement quant aux radars automatiques. "Je veux arrêter le retrait de points du permis de conduire pour les excès de vitesse de moins de 10km/h". "Des millions de Français sont concernés par ces décisions". 

"Je vais aussi mettre fin à la privatisation des radars mobiles", une "privatisation louche". "L'Etat est à leur service, pas un moyen d'enrichissement", "le chef de l'Etat doit intervenir dans l'intérêt de chaque Français".


"Je vais rétablir la nationalisation des autoroutes"

La candidate annonce à la tribune qu'elle reprendra la contrôle des sociétés privés qui gèrent les autoroutes, engagera un grand plan de développement dans le rail, les routes et le fluvial et empêchera la "libéralisation du rail" permise par l'Union européenne. 


Marine Le Pen dénonce l'état du rail, des routes et les autoroutes "machines à sous"

"On préfère peindre des wagons que de remplacer des rails". "Les cars Macron sont ce que sont les charettes pour les voitures". La sécurité est dégradée sur le réseau ferroviaire et routier "sur notre territoire" s'inquiète Marine Le Pen.

"Les autoroutes sont la plus grandes spoliation de ces dernières années, elles ont été construites avec votre argent et leur gestion confiée aux copains de nos gouvernements. Ce sont des machines à sous" dénonce la candidate; 


"Il n'est pas question d'augmenter les taxes et les impôts"

"Il n'est certainement pas question d'augmengter les taxes et les impôts, et encore moins la TVA et la CSG, qui sont les impôts les plus injustes"

"Je veux refuser l'immigration sanitaire, supprimer l'Aide Médicale d'Etat" lance Marine Le Pen devant ses partisants qui applaudissent largement. 

"Les complémentaires santé augmentent pas pas la prise en charge des prestations qui baisse" dénonce Mme Le Pen. "Ces organismes doivent être mieux encadrés et gérés" poursuit-elle. "J'engagerai une règle d'or dès mon élection pour éviter de déplacer certains plafonds. Elle veut aussi interdire les mutuelles de faire de la publicité à la télévision, à la radio et à la presse nationale. Ces "mutuelles doivent garantir la sécurité de leurs assurés, pas de faire du fric !"


"Revaloriser l'allocation handicapé de 200 euros par mois"

"Nos compatriotes doivent vivre dignement, "je m'engage à revaloriser l'allocation handicapé de 200 euros par mois". "Le revenu du conjoint de la personne handicapée ne sera pas pris en compte dans le calcul de cette allocation". 

"Je pense aux aidants familiaux, ils auront un trimestre de retraite pour cinq trimestres à s'occuper d'un proche. Ils sont des symboles de la solidarité nationale, nous leur devons cette reconaissance"


"Il faut accompagner toutes les formes de handicap", "tous les Français aurront accès à des soins de qualité"

La candidate critique l'engagement du gouvernement dans les aides pour handicapées mais aussi le programme santé de François Fillon. "Nous devons cette solidarité nationale à ces compatriotes, elle est la clé de notre patriotisme. C'est l'expression de l'amour que nous avons pour notre peuple et notre patrie"

"Dans cette France juste, tous les Français auront accès aux soins de qualités. Un quart de nos compatriotes renoncent à se soigner" dénonce Marine Le Pen.


Orly: le gouvernement est "dépassé, ahuri, tétanisé"

Marine Le Pen, candidate FN à la présidentielle, a affirmé après l'attaque par un homme de militaires à Orly, que face au terrorisme, "notre gouvernement est dépassé, ahuri, tétanisé". "Notre gouvernement est dépassé, ahuri, tétanisé, comme un lapin dans les phares d'une voiture", a affirmé Mme Le Pen lors d'une réunion publique aux Arènes de Metz devant une salle enthousiaste et presque pleine d'environ 2.500 personnes.

La patronne du FN veut "remettre en ordre le pays" sur le "chantier prioritaire" de la délinquance et du terrorisme. "Je suis la seule dans cette campagne à oser aborder ces questions qui fâchent". Mme Le Pen s'en est pris à "la lâcheté de toute la classe politique devant le fondamentalisme islamiste, seule ligne de conduite depuis 15 ans que ce fléau prospère, cette lâcheté qui a produit les résultats que l'on sait et que
l'on voit encore aujourd'hui à Orly".

Il est "inadmissible que cette lâcheté continue d'inspirer le programme de mes concurrents, que la plupart de mes concurrents dans cette élection n'osent prononcer les mots de terrorisme islamiste". "Ils sont à ce point dans le déni qu'il y a quelques jours encore en réponse à Donald Trump, M. Hollande expliquait qu'en France, il n'y a pas de gens qui tirent dans la foule", a-t-elle ajouté, provoquant les huées de la salle envers le chef de l'Etat.

"Si, il y a des gens qui tirent dans la foule, qui rafalent des salles de concerts, qui écrasent des femmes, des enfants, des pères, des mères avec un camion, qui tuent des enfants juifs devant leur école parce qu'ils sont juifs, abattent des policières, etc.", a assuré Mme Le Pen. "Refuser de voir cela c'est inacceptable, mais c'est refuser de voir la situation", a encore dit la présidente du FN, s'inquiétant d'une "jonction entre délinquance de droit commun et terrorisme islamiste (qui) prend de
l'ampleur jour après jour".

"Hier, c'est un fichier S qui égorge son père, son frère. Aujourd'hui, c'est un multirécidiviste, avec 44 signalements, qui a été tué à Orly, Dieu merci!, empêchant un possible massacre", a-t-elle remarqué. "Ils réfléchissaient à lever hier l'état d'urgence qu'ils n'ont en réalité jamais mis en oeuvre. Les Français ne sont pas protégés par des gens qui refusent de regarder la réalité en face", a accusé la dirigeante d'extrême droite.


Frontières: un "dispositif particulier pour faciliter la circulation des frontaliers"

Marine Le Pen a répété que son engagement 24 "consiste à créer un dispositif pour faciliter la circulation des frontières". "Vous pourrez le répéter à ceux qui ne le savent pas ou qui font semblant de ne pas le comprendre" lance la candidate dans une ville très influencée par le travail frontalier. 


"Sur les frontières, mon projet est carricaturé"

"Je sais que ce sujet est important dans cette région", mais "je ne veux pas mettre de murs autrour de la France, je ne veux pas fermer nos frontières, je veux simplement en avoir et les contrôler"

"Sur les frontières, mon projet est carricaturé" assure la candidate FN. "Contrôler et avoir nos frontières, excusez-moi mais c'est comme la majorité des pays". "Avoir des frontières c'est empêcher certains de venir ou de se maintenir sur notre sol". "Les autorisations d'entrée et de sortie seront décidées par la loi, c'est à dire par le peuple Français. J'irai récupérer cette souveraineté dès le début de mon mandat à Bruxelles".

"Il faut d'abord reconstituer nos services de douanes, très affaiblis par les gouvernements Fillon et Hollande" lance Marine Le Pen. Elle annonce l'embauche de 6 000 douaniers et "la remise en place des infrastrctures douanières. 

"Ici à Metz, beaucoup le savent, on allait déjà au Luxembourg, en Allemagne bien avant l'espace Schengen"


"Etendre l'interdiction des signes religieux à tout l'espace public"

"Les femmes ne pourront plus se voiler dans la rue, elles auront le soutien de l'Etat", le communautarisme sera combattu par la loi et même la Constitution car y sera inscrit +la République ne reconnaît aucune communauté"

 

"Je veux mettre tous les Français en sécurité"

"L'insécurité appauvrit, exaspère, blesse et parfoit tue", elle "mine le quotidien". "Je veux mettre en sécurité tout le peuple Français, pas seulement celui qui a les moyens de se payer des systèmes de gardiennage".

"Il n'est pas normal, naturel que l'espace public soit celui de l'insécurité, que nos compatriotes l'assimilent à un danger. Cette insécurité frappe aussi - pas seulement les personnes âgées comme le disent les journalistes - mais aussi de plus en plus nos jeunes.

"Cela passe par une affirmation forte: la République ne doit plus reculer face à la montée de certains dangers, elle doit même redevenir conquérente";

"La République ne doit plus reculer face au communautarisme notamment islamiste".


Défense du référendum et de la proportionnelle 

"Nos libertés sont confisquées par Bruxelles", "je l'assume ce référendum sur l'appartenence à l'Union européenne" lance-t-elle en critiquant l'Union européenne et en promettant d'instaurer la proprtionnelle avec la prime majoritaire à chaque scrutin. 

"Le vote doit redevenir un acte de pouvoir et une participation régulièrement à la vie de la cité", les "citoyens doivent se prononcer sur des choix importants"

"Toute révision de la Constitution passera par la voix du référendum" promet Marine Le Pen à Metz, affirmant défendre l'idée du référenduml d'initiative populaire pour faire abroger une loi ou en faire adopter une autre.


"Le vote" sur "ma candidature" est le "vote utile"

"Je propose de redonner tout son sens au vote populaire", je veux "refaire de l'Elysée la maison du peuple". "Chaque décision à l'Elysée est donnée au nom du peuple". "Je n'ai pas fait de la politique que pour ça, même les Français qui ne partagent pas mes idées peuvent reconnaitre que je suis une femme de conviction". "Je respecterai mes engagements"

"Il faut trouver les leviers du vote populaire", les "Français ressentent que les hommes politiques n'ont plus les leviers". 


Attaques des groupes des médias et des journalistes

La candidate critique vivement les "groupes de médias qui appartiennent au capital" dont les patrons "n'ont que faire de l'information".


Les journalistes sifflés par les militants FN

En critiquant le "système" et les "médias", la candidate Marine Le Pen laisse ses militants siffler les journalistes. 


"Cette élection est un choix de civilisation"

"Cette élection est un choix de civilisation" dit-elle. "Cette élection est un choix" entre une France divisée, fracturée ou un "peuple fraternel", "solidaire", "uni", "fier de lui-même".

"Pourquoi voter à cette élection présidentielle aujourd'hui ?" Pourqui voter ?" s'interroge-t-elle sous les cris "on est chez nous!", "la France aux Français", "pas d'islam ici", "incapables dehors". "Vous souhaitez que la France s'affirme, qu'elle n'ait pas honte de son modèle, le système veut se maintenir", "vous avez compris que les médias par tous les moyens tentent de faire surrvivre les mêmes".


"Chaque domaine de l'action de l'Etat est pollué par le désordre"


"Je suis la seule à aborder ces questions qui fâchent" (le terrorisme)

"Je suis la seule candidate à aborder ces questions qui fâchent" notamment "le fondamentalisme islamiste". "Aucun autre candidat n'ose prononcer les mots de terrorisme islamiste" lance-t-elle à propos notamment "de ce qui s'est passé à Orly".

"François Hollande a osé dire à Donald Trump que personne en France ne tire dans la foule" lance-t-elle. "Ici on tire dans les salles de concert, on roule sur des femmes et des enfants, on attaque des enfants parce qu'ils sont juifs dans leurs écoles ou encore au militaires et aux policières"

"Notre gouvernement est dépassé, tétanisé, ahuri comme un lapin dans les phares d''une voiture"

 

Marine Le Pen: "J'ai un projet, que j'ai présenté il y a longtemps"

La candidate a fait son entrée sur scène vers 15H10 après la diffusion d''un autre clip

"Je veux rendre la parole au peuple, rendre le pouvoir au peuple" a lancé la candidate qui dit avoir "un programme présenté il y a longtemps sans aucune influence ou pression". "Je n'ai pas peur du peuple, le mot référendum n'est pas un gros mot" dit-elle pour "rendre la France souverainne"


Philippot fait siffler Macron et Fillon, des "candidats du système"

"François Fillon à peine quitte-t-il la rubrique faits-divers, il défend son programme infâme" attaque le N°2 du FN qui liste les "trahisons" du candidat de la droite qui se "fait tailler des costards sur mesure".


Philippot: "nous allons vers une belle victoire"

Le vice-président du FN, Florian Philippot, introduit le meeting de Marine Le Pen, assure qu'il s'agit "d'une belle campagne". "Nous allons vers une belle victoire" dit-il. "Nous allons vers une France juste, une France sécurisée", une "France qui s'occupera des fichés S pour radicalisation islamisme" lance le chef de file du FN du Grand-Est. 

"Nous allons vers une Francce indépendante, prospère, libre qui aide nos agriculteurs, nos chefs d'entreprises, nos ingénieurs, nos fonctionnaires (...) on sera fiers d'être Français" assure-t-il. "On respectera nos soldats, nos policiers, nos pompiers"

"Avec Marine à l'Elysée, ce seront nos policiers brûlés vifs seront visités à l'hôpital" a lancé le numéro 2. 

 

Un clip diffusé avant le discours de Marine Le Pen

Comme à chaque meeting, l'équipe de la candidate diffuse une vidéo "léchée". A Metz, le Front national a diffusé une série de "portraits" d'électeurs frontistes disant "avoir besoin de Marine" faisant le tour des sujets économiques, sécuritaires, d'éducation. 

"J'ai besoin de Marine" disent les intervenant du clip. "Nous aussi" crient les spectateurs. "On a besoin d'aider les Français plutôt que les migrants" dit la vidéo: hurlements et applaudissements nourris de la salle. 

 

"Dans ma ville à Hayange, il faut convaincre les électeurs de gauche"

Le maire Front national d'Hayange (Moselle), présent au meeting, assure que la campagne de terrain se joue pour "aller convaincre les électeurs de gauche" qui ont voté François Hollande en 2012. Pour Fabien Engelmann, "il n'est plus possible de leur parler de la gauche" à ces électeurs de la vallée de la Fensch qui "ont vraiment cru aux promesses sur le maintien des hauts-fourneaux de Florange"; 

Selon lui, une partie de ces électeurs du PS s'est tournée vers le Front national mais une "autre grande partie ne va plus voter". "Ce sont ces élécteurs qu'il faut convaincre" a-t-il dit. 

Les électeurs potentiels de François Fillon, émbranlés par les affaires visant le candidat, "sont encore solidement attachés à lui dans mon secteur" assure M. Engelmann mais il on a dû récupérer des électeurs", selon lui. En Moselle, notamment dans le nord du département, il assure que le FN doit désormais aller convaincre ces électeurs là car "le socle de ceux qui votent FN est très solide".

Concernant les affaires qui touchent Marine Le Pen et le FN, "c'est du buzz, ce sont d'anciennes affaires qui n'affectent pas nos électeurs" affirme le maire d'Hayange. "Ils savent que tout cela c'est pour diaboliser le parti et sa candidate". 

 

3 500 personnes attendues à Metz

Au moins 3 500 personnes sont attendues au meeting de Metz (Moselle), selon l'équipe du Front national.Des militants sont aussi arrivés en bus plus tôt dans la journée.

C'est le seul grand meeting de premier tour qu'elle tiendra dans la région Grand-Est (Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine) d'ici le 23 avril en plus de plus petites réunions publiques et de déplacements thématiques. 

Marine Le Pen était déjà venue à Forbach (Moselle) en janvier au lancement de sa campagne présidentielle pour visiter une entreprise. 

 
 
 

Suggérer une correction
Top Actu
180 000 €
Grosbliederstroff - 140 m²
Maison Grosbliederstroff
98 000 €
Longwy - 84.04 m²
Appartement Longwy
236 000 €
Illange - 150 m²
Maison Illange
345 000 €
Nancy - 210 m²
Commerce Nancy
avec Logo Immoregion.fr
Suivez LORACTU.fr
télécharger notre extension