A Metz, le numéro d'urgence toujours accusé de trier les SDF

Metz - 23/01/2013 19h24
Lu 1 004 fois -   Emilie Balla
A Metz, le numéro d'urgence toujours accusé de trier les SDF
Faits Divers
Photo : ILLUSTRATION/ © iMAGINE/ LORACTU.fr

Souvenez-vous, il y a quelques jours le SAMU Social de Metz était accusé, par un collectif  de lutte contre la misère, de trier les sans domiciles fixes, en privilégiant ceux de nationalité françaises. Depuis, le 115 dément, et a d’ailleurs assuré à RTL qu’il « n’y a pas de hiérarchie dans l’accès aux demandes d'hébergement ».

 

Tout a commencé lorsqu’un enregistrement entre une travailleuse sociale et un groupe de roumains, datant de jeudi 17 janvier, a été transmis à RTL. Diffusé à la radio vendredi matin, la  conversation permet clairement d’entendre, cette travailleuse sociale dire aux roumains, qu’ils ne sont pas « prioritaires ». Elle rajoute par la suite que les places disponibles sont attribuées « aux personnes de nationalité française ou en demande d'asile ».

 

Hier, à nouveau diffusé sur l’antenne de RTL, un témoin anonyme, a accusé le SAMU Social de Metz, d’enfreindre une fois encore, la loi sur l’hébergement d’urgence. Cette personne, est en fait, un ancien salarié de l’association Relais-Fomal, qui gère le 115 au nom de l’Etat. « Oui, il y a effectivement un tri qui est fait. C’est-à-dire qu’on nous demande clairement de prendre en premier les personnes de nationalité française ou qui ont une carte de séjour. Les personnes en demande d’asile ou déboutées ne sont absolument pas prioritaires » a-t-il déclaré. En effet, ces déclarations posent de vrais problèmes d’éthique, quand on sait que le 115 est censé proposer une solution d’urgence aux sans abris, et demandeurs d’asile, sans faire de distinction par rapport à leurs origines.

 

Le 115 se défend avec ses chiffres

 

Cette fois, le directeur général du Relais Fomal, qui n’avait pas souhaité s’exprimer la semaine dernière, riposte en s’appuyant des chiffres. Il affirme que « lundi soir, sur 1 430 personnes hébergées, 65 personnes seulement étaient de nationalité française, soit 4,5 % du public. » Et de rajouter: « ceci démontre que le 115 a bien pour vocation d’héberger toutes les personnes qui le sollicitent, sans aucune distinction. » La préfecture de Moselle a quant à elle, regretté cette « erreur », et l’a condamne. Elle précise que la priorité est accordée aux familles, quelles que soient leurs origines, et non pas seulement aux Français. D’autre part, elle affirme que tous les nécessiteux sont traités de la même façon.

 

Pourtant selon M. Maciazek, porte-parole du Collectif mosellan de lutte contre la misère, à Metz une trentaine de Roumains, et huit familles de demandeurs d’asile originaires des Balkans, n’ont pas bénéficié de l’aide du SAMU Social. Certains d’entre eux vivraient près de la voie ferrée, dans un campement de fortune, recouvert par la neige.  

Suggérer une correction

0 Commentaire

Envoyer
Top Actu
350 €
Saint-Avold - 21 m²
Studio Saint-Avold
800 €
Saint-Dié-des-Vosges - 120 m²
Fonds de Commerce Saint-Dié-des-Vosges
449 000 €
Thionville - 189 m²
Maison Thionville
425 000 €
Pouxeux - 168 m²
Fonds de Commerce Pouxeux
avec Logo Immoregion.fr
Suivez LORACTU.fr
télécharger notre extension