A Bure, un nouveau symbole de la contestation écologiste contre une "poubelle nucléaire"

Meuse - 03/08/2015 23h16
Lu 1 622 fois -   LORACTU.fr La Rédaction
A Bure, un nouveau symbole de la contestation écologiste contre une "poubelle nucléaire"
Société
Le site de Bure (Meuse) où seront stockés des déchets radioactifs accueille la contestation des militants écologistes. PHOTO : TWITTER

Le site de Bure devient un nouveau lieu emblématique de la contestation écologiste d’un projet polémique. Ce petit village de la Meuse doit prochainement accueillir une «poubelle nucléaire», un grand site d’enfouissement de déchets radioactifs unique en France.

Plusieurs centaines de militants opposés à un projet d'enfouissement de déchets nucléaires à Bure (Meuse) sont attendus cette semaine sur place dans un "camp" destiné à "se rencontrer, discuter et construire les réseaux de lutte", ont expliqué leurs porte-paroles lundi lors d'une conférence de presse.

Pour l'heure toutefois, seuls une soixantaine de militants "anti-autoritaires, anti-capitalistes, autogestionnaires" se sont installés dans ce campement, situé sur un terrain privé, ont expliqué ces chargés de communication, qui n'ont pas souhaité révéler leurs identités.

Ils ont par ailleurs empêché les journalistes d'accéder au camp, situé à quelques centaines de mètres du laboratoire de l'Agence nationale pour la gestion des déchets nucléaires (Andra), où les déchets nucléaires pourraient êtres enfouis, à 500 mètres de profondeur, à l'horizon 2025.

L'objectif de ces dix jours est "de se rencontrer, de discuter, de construire les réseaux de lutte, de mettre en relation différentes personnes avec différentes luttes", a expliqué l'un des porte-paroles, en se défendant de construire une "zone à défendre", à l'image des opposants au projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes ou du barrage de Sivens.

Une nouvelle épine dans le pied du gouvernement 

"Ca n'est pas une occupation, c'est une rencontre dans un espace non-urbanisé. Si on avait voulu faire une occupation, alors il aurait fallu occuper toute la Meuse, la Haute-Marne et les Vosges (le site de l'Andra étant au carrefour des trois départements, ndlr); or, pour l'instant, ça n'est pas pertinent", a poursuivi un porte-parole.

Les militants, qui "refusent le compromis avec les institutions" et veulent mener "d'autres types d'action", pourront prendre part à différents ateliers, dans le but de "mettre un coup de projecteur sur la lutte locale, à Bure, qui s'est essoufflée ces dernières années".

Dans un récent entretien au Républicain lorrain, le préfet de la Meuse, Jean-Michel Mougard, a promis une "vigilance de la part des forces de l'ordre". "Nous restons attentifs en raison des mots d'ordre qui circulent sur les réseaux sociaux, sur les affiches et les tracts avec l'appel à ramener une pioche pour enterrer l'Andra", a-t-il expliqué.

Le projet d'enfouissement de déchets nucléaires, baptisé Cigéo, doit accueillir les déchets les plus radioactifs (3% du total des déchets nucléaires) à 500 mètres sous terre à Bure, ainsi que ceux ayant la durée de vie la plus longue.

(Avec AFP)

Suggérer une correction

0 Commentaire

Envoyer
Top Actu
220 000 €
Grosbliederstroff - 130 m²
Maison Grosbliederstroff
65 000 €
Senones
Maison Senones
184 000 €
Saint-Dié-des-Vosges - 151 m²
Appartement Saint-Dié-des-Vosges
287 000 €
Senones
Maison Senones
avec Logo Immoregion.fr
Suivez LORACTU.fr
télécharger notre extension