Ils affirment avoir revu l'étudiante japonaise à Verdun que l'on croit assassinée

Meuse - 29/12/2016 10h55
Lu 25 152 fois -   LORACTU.fr La Rédaction
Ils affirment avoir revu l'étudiante japonaise à Verdun que l'on croit assassinée
Faits Divers
(PHOTO: DR)

Narumi Kurosaki, 21 ans, est tenue pour morte par la police depuis sa disparition à Besançon le 4 ou 5 décembre. Mais dans la Meuse, le patron et la serveuse d'un bar-tabac assurent l'avoir vue durant deux heures dans leur établissement.

La police pense qu'elle a été tuée le 4 ou le 5 décembre... mais son corps n'a toujours pas été retrouvé. L'enquête sur la disparition à Besançon (Doubs) d'une étudiante japonaise tenue pour morte a rebondi mercredi avec le témoignage du patron d'un bar-tabac de Verdun (Meuse) et d'une serveuse qui affirment l'avoir vue vivante l'après-midi du 19 décembre, à 300 km de Besançon.
 
Selon ce témoignage, rapporté mercredi par les quotidiens régionaux L'Est Républicain et Le Républicain lorrain, la jeune Narumi Kurosaki, 21 ans, aurait passé plus de deux heures au «Miribel». «Je suis formel, je l'ai reconnue le lendemain sur la photo de l'avis de recherche publié dans le journal», insiste le patron du bar, qui n'a pas voulu que son nom soit cité.

La jeune Japonaise qui s'est présentée ce jour-là dans son établissement «pleurait beaucoup, elle était très mal», selon le commerçant. Elle aurait multiplié les coups de fil et les signes de détresse, au point que la serveuse serait allée lui donner la main en lui demandant si elle avait besoin d'aide. La jeune femme aurait décliné puis payé ses consommations, soit 12 euros, avec une carte bancaire : des éléments que le patron du bar assure tenir à la disposition de la justice.

- Les enquêteurs pensent qu'elle est morte -

La police judiciaire de Besançon n'a souhaité faire aucun commentaire sur cette information mais rien n'indique que les enquêteurs prennent cette piste au sérieux. La procureur de Be-sançon pourrait communiquer jeudi sur ce dossier, qui suscite un grand intérêt de la part des médias japonais. La semaine dernière, les enquêteurs avaient précisé qu'ils recherchaient activement un homme soupçonné d'avoir tué l'étudiante japonaise, portée disparue depuis la nuit du 4 au 5 décembre. Ce suspect est de nationalité étrangère et un mandat d'arrêt inter-national devrait être émis à son encontre.

En France depuis fin août 2016 pour étudier le français, Narumi Kurosaki logeait dans une résidence universitaire sur le campus de l'université de Besançon. Bien que la police n'ait pas retrouvé son corps, les enquêteurs avaient expliqué vendredi disposer d'éléments (vidéosurveillance, données téléphoniques et témoignages) permettant de dire qu'elle avait été tuée.

(Avec AFP)

Suggérer une correction

0 Commentaire

Envoyer
Top Actu
655 €
Hussigny-Godbrange - 75 m²
Appartement Hussigny-Godbrange
115 000 €
Essey-lès-Nancy - 82 m²
Appartement Essey-lès-Nancy
199 500 €
Sarreguemines - 102 m²
Maison Sarreguemines
154 000 €
Saint-Dié-des-Vosges - 167 m²
Maison Saint-Dié-des-Vosges
avec Logo Immoregion.fr
Suivez LORACTU.fr
télécharger notre extension