En Moselle, Hamon enfile le costume du candidat de l’emploi

Moselle-Est - 03/02/2017 18h10
Lu 11 509 fois -   LORACTU.fr La Rédaction
En Moselle, Hamon enfile le costume du candidat de l’emploi
Politique
Vendredi 3 février 2017 (Moselle), Benoit Hamon devant des salariés de Neuhauser, entreprise de viennoiseries, victimes d’un plan social avec 259 suppressions de postes.

Le candidat officiel du PS qui a remporté la primaire face à Manuel Valls dimanche effectuait ce vendredi son premier déplacement de prétendant à l’Elysée. Benoit Hamon venu parler travail et emploi a été rattrapé par le sujet sécuritaire après l’attaque du Louvre.

Porté par des sondages finalement flatteurs (de 16 à 18% d’intentions de vote, selon les instituts), Benoit Hamon vainqueur surprise de la primaire du PS effectuait ses premiers pas de candidat à la présidentielle sur le terrain vendredi en Moselle. Sur des terres brûlées de la gauche où le Front national progresse sans cesse scrutin après scrutin, M. Hamon est venu parler travail et emploi dans l’ex-bassin minier de Forbach puis a pris la direction de Metz où il a pu rencontrer des entrepreneurs du numérique et des artistes.

L’ancien ministre et frondeur du gouvernement a toutefois été rattrapé par l’actualité chaude. A 350 kilomètres de la Moselle, la capitale était de nouveau en état d’urgence après l’attaque terroriste du Carrousel du Louvre. Au moment où M. Hamon visitait Testo, une PME florissante de l’est du département, le candidat PS n’a eu d’autres choix que de revenir sur l’attaque du jour à Paris. "Cela confirme que la menace est toujours là, que des attaques peuvent survenir à tout moment et cela justifie la plus grande vigilance. Je veux d’abord saluer le courage du militaire qui a été attaqué et blessé (...). Ça confirme qu’il y a besoin d’un renseignement efficace pour continuer à protéger les Français" a-t-il répondu à la presse qui suit son déplacement consacré à l’économie et à la culture en Moselle.  "Je veux saluer le rôle de ces militaires engagés tous les jours dans la protection de lieux publics, de lieux de culte et sont en première ligne. Il faut être implacable dans la lutte de celles et ceux qui nous menacent. Je pense qu’il faut avoir un dispositif qui se concentre sur le fait d’identifier les menaces le plus tôt possible. Nous savons que dans ce domaine le risque zéro n’existe pas hélas".

- Rattrapé par l'actualité -

LIRE AUSSI. Hamon veut être "implacable dans la lutte de celles et ceux qui nous menacent"​

"Je ne ferai pas de surenchère sur les sujets sécuritaires a assuré Hamon, confirmant son cap de la primaire du PS où Manuel Valls était apparu isolé sur ces sujets tandis que le vainqueur a concentré sa campagne sur le travail ou encore l’écologie. Conscient que le sujet de l’emploi ne sera pas éclipsé pour cette présidentielle, Benoit Hamon a tenté d’enfilé son costume du "candidat de l’emploi" ce vendredi. Après un déjeuner dans une pépinière d’entreprises, il a effectué un passage express pour soutenir les salariés de Neuhauser, entreprise de viennoiseries, victimes d’un plan social avec 259 suppressions de postes. L’image avec les syndicalistes flanqués d’une veste CGT rouge rappelle la campagne de 2012 pour François Hollande qui avait payé cher ses promesses aux salariés de Florange, ville symbole de la fermeture des hauts-fourneaux.

Le candidat n’a pas avancé de propositions concrètes aux salariés en colère. Il s’est contenté de critiquer le Crédit d’Impôt compétitivité (CICE) dont a profité cette entreprise de Moselle qui se sépare de ces collaborateurs sur près de 600. "Il ne peut y avoir de crédit d'impôt sans contrepartie. Quand il y a des aides aux entreprises, il faut des contreparties, soit en terme de partage du temps de travail, soit en terme d'emploi, sinon, ça n'a pas de sens"' a-t-il dit, visant le gouvernement ou encore Emmanuel Macron. "On n’oublie pas, Nicolas Sarkozy, François Hollande sont déjà venus nous voir, des promesses, des promesses. Nous on veut des actes, donc on verra bien" lui a répondu le représentant CGT.

Le candidat PS a terminé sa visite par TCRM Blida qui accueille des entrepreneurs du numérique et des artistes à Metz. L’endroit même où Emmanuel Macron avait fait salle comble en novembre. Benoit Hamon qui s’est rendu en Moselle-est le matin est aussi parti sur les traces du marcheur Macron qui était venu au lendemain de son annonce de candidature à la présidentielle. Dans les sondages, le frondeur et l’ancien conseiller de M. Hollande se rapprochent. Grâce à sa victoire à la primaire du PS à laquelle M. Macron a refusé de participer, le candidat a pris plus de dix points en quelques jours. Une tendance qu’il veut confirmer en menant campagne sur le terrain deux à trois fois par semaine, selon ses équipes. 

Suggérer une correction
Top Actu
180 000 €
Grosbliederstroff - 140 m²
Maison Grosbliederstroff
98 000 €
Longwy - 84.04 m²
Appartement Longwy
236 000 €
Illange - 150 m²
Maison Illange
345 000 €
Nancy - 210 m²
Commerce Nancy
avec Logo Immoregion.fr
Suivez LORACTU.fr
télécharger notre extension