Tati en redressement judiciaire, inquiétude dans les 6 magasins de Lorraine

Nancy - 04/05/2017 19h24 - mis à jour le 04/05/2017 20h02
Lu 31 397 fois -   LORACTU.fr La Rédaction
Tati en redressement judiciaire, inquiétude dans les 6 magasins de Lorraine
Economie
Le magasin Tati de Nancy (Meurthe-et-Moselle), situé au centre-ville.

L’enseigne de prêt à porter à petits prix Tati a été placé en redressement judiciaire. L’inquiétude gronde dans les six magasins lorrains. Le tribunal de commerce de Bobigny a décidé la mise en redressement judiciaire du groupe Agora Distribution, la maison mère de Tati. 

Les salariés du groupe, inquiets d'une casse sociale, se sont mobilisés ce jeudi partout en France notamment à Nancy (Meurthe-et-Moselle) qui compte un magasin dans le centre-ville à quelques encablures du principal centre commercial de la métropole. L’inquiétude gronde également à Metz au centre commercial Waves où l’enseigne a récemment ouvert un magasin tout comme à Mont-Saint-Martin et Frouard (Meurthe-et-Moselle). En Lorraine, l’enseigne a également des points de vente à Jeuxey près d’Epinal et à Saint-Dié-des-Vosges. 

"L'audience d'examen des offres aura lieu le 29 mai au matin", assure Michel Rességuier, directeur général d'Agora qui regroupe les enseignes Tati, Giga Store et Fabio Lucci ajoutant n'avoir toujours pas reçu à ce jour d'offres de reprise ferme. "Nous avons demandé aux candidats de réitérer leurs offres dans le cadre de cette procédure", a-t-il ajouté. Il a dit espérer pouvoir présenter des offres fermes aux représentants du personnel à la mi-mai.

Les sept offres, dont celles des groupes Gifi, Stokomani et Foir'fouille, sont toutes assorties de conditions suspensives et les discussions sont en cours pour lever ces conditions et aboutir à une offre ferme.

- Des magasins vont fermer -

Pionnier du discount textile en France, Tati est en perte de vitesse depuis plusieurs années, dans un marché qui recule depuis la crise de 2008. Il souffre en outre de la concurrence de Kiabi, numéro un français de l'habillement appartenant au groupe Mulliez, ainsi que de H&M, Zara et plus récemment des offres à très bas prix de l'irlandais Primark. Les comptes d'Agora, qui emploie 1 720 personnes et détient 145 magasins (dont 120 enseignes Tati), ont continué à se dégrader en 2016. Le pertes se chiffrent à 60 millions d'euros l'année dernière. L'inquiétude a gagné tous les points de vente du pays car aucun repreneur ne propose la reprise totale de tous les magasins. Gifi, conserverait le nom Tati. Il serait aujourd’hui le mieux-disant avec 100 boutiques reprises et 1 200 salariés, ce qui lui attire les faveurs des salariés, selon des sources syndicales.

Les difficultés du groupe et de l’enseigne particulièrement connue des Français fait suite à celles rencontrées par le groupe Vivarte qui possède plusieurs enseignes comme La Halle ou encore récemment Mim. 

 

Suggérer une correction
Top Actu
avec Logo Immoregion.fr
Suivez LORACTU.fr
télécharger notre extension