Dans le Grand-Est, le chômage augmente largement en mai pour les premiers chiffres du quinquennat Macron

Nancy - 26/06/2017 19h10 - mis à jour le 26/06/2017 19h44
Lu 40 953 fois -   LORACTU.fr La Rédaction
Dans le Grand-Est, le chômage augmente largement en mai pour les premiers chiffres du quinquennat Macron
Economie
Une agence de Pôle Emploi, en 2014.

Même s'il refuse de commenter les chiffres du chômage chaque mois, ceux pour mai ont été publiés ce lundi 26 juin par Pôle Emploi et le ministère du Travail. Et pour la première publication du quinquennat, ils ne sont pas bons, contrairement aux derniers du quinquennat de François Hollande.

Fin mai 2017, en Grand Est, le nombre de demandeurs d’emploi tenus de rechercher un emploi et sans activité (catégorie A) s'établit à 299 610. Ce nombre augmente de 0,3 % sur trois mois (soit +890 personnes). Il progresse de 0,4 % sur un mois et diminue de 0,8 % sur un an.

En France métropolitaine, ce nombre augmente de 0,9 % sur trois mois (+0,6 % sur un mois et –0,8 % sur un an). En Grand Est, le nombre de demandeurs d’emploi tenus de rechercher un emploi, ayant ou non exercé une activité dans le mois (catégories A, B, C) s'établit à 468 330 fin mai 2017. Ce nombre augmente de 0,6 % sur trois mois (soit +2 830 personnes). Il progresse de 0,4 % sur un mois et de 2,5 % sur un an. En France métropolitaine, ce nombre augmente de 0,8 % sur trois mois (+0,5% sur un mois et +2,3 % sur un an).

Fin mai 2017, en Grand Est, les évolutions du nombre de demandeurs d'emploi en catégorie A se situent entre –1,6 % dans la Meuse et +1,4 % dans la Marne pour les évolutions sur trois mois. Sur un mois, elles se situent entre –0,7 % dans la Meuse et +1,5 % dans les Vosges.

Les évolutions du nombre de demandeurs d'emploi en catégories A, B, C se situent entre –0,8 % en Haute-Marne et +1,4 % dans les Vosges pour les évolutions sur trois mois. Sur un mois, elles se situent entre –0,3 % dans la Marne et +1,0 % en Meurthe-et-Moselle et dans les Vosges.

- Plus de 525 000 chômeurs dans le Grand-Est, toutes catégories confondues -

En Grand Est, sur trois mois, le nombre de demandeurs d'emploi en catégorie A diminue de 0,5 % pour les hommes (–0,1 % sur un mois et –2,8 % sur un an) et progresse de 1,2 % pour les femmes (+1,0 % sur un mois et +1,6 % sur un an). Sur trois mois, le nombre de demandeurs d'emploi en catégorie A est stable en Grand Est pour les moins de 25 ans (–0,8 % sur un mois et –7,1 % sur un an), progresse de 0,6 % pour ceux âgés de 25 à 49 ans (+0,6 % sur un mois et –0,8 % sur un an) et recule de 0,1 % pour ceux âgés de 50 ans ou plus (+0,5 % sur un mois et +2,9 % sur un an).

En Grand Est, sur trois mois, le nombre de demandeurs d'emploi inscrits en catégories A, B, C depuis un an ou plus augmente de 1,5 % (+1,2 % sur un mois et –1,1 % sur un an) tandis que celui des inscrits depuis moins d'un an recule de 0,1 % (–0,2 % sur un mois et +5,6 % sur un an).

Édouard Philippe, Premier ministre, et Muriel Pénicaud, ministre du Travail, ont débuté leur série d'entretiens avec les partenaires sociaux, en vue de la réforme du travail. PHOTO: FLORIAN DAVID

L'ancienneté en catégories A, B, C est mesurée par le nombre de jours où le demandeur d'emploi a été inscrit, de façon continue, en catégories A, B, C. Une sortie d'un jour de ces catégories réinitialise l'ancienneté. D'autres indicateurs, tel que le nombre de personnes inscrites en catégorie A un certain nombre de mois sur une période donnée, peuvent éclairer d'autres dimensions de l'ancienneté ou de la récurrence sur les listes de Pôle emploi dans ces catégories.

La ministre du Travail, Muriel Pénicaud, refuse de commenter ces données mensuelles, estimant que cet indicateur "ne reflète pas bien l'évolution du marché du travail" car il "peut être affecté, chaque mois, par différents événements de nature administrative". Pour elle, sa volatilité "brouille plus qu'elle n'éclaire les tendances de fond sur le niveau de chômage".

- Réforme de l'assurance chômage lancée fin septembre -

L'exécutif s'est tout de même fixé un objectif ambitieux pour les cinq ans à venir. Emmanuel Macron espère revenir à 7% de chômage en 2022 contre près de 10% actuellement. Il compte pour y parvenir sur sa réforme du code du Travail qu'il fera passer par ordonnance. La loi d'habilitation sera présentée mercredi et l'on connaîtra un peu plus les contours de ce texte qui pourrait mettre les Français dans la rue. Les ordonnances seront publiées au plus tard le 21 septembre.

Dans les semaines qui suivent, le gouvernement s'attaquera à une deuxième réforme sociale d'ampleur: celle de l'assurance chômage qu'il veut rendre universelle. La promesse du président de l'ouvrir l'assurance aux indépendants et démissionnaires sera ainsi "progressivement mise en œuvre à compter de l'été 2018". En outre, le gouvernement confirme que la suppression des cotisations salariales sur l'assurance maladie et l'assurance chômage sera "effective dès le 1er janvier 2018" et "financée" par une hausse de la CSG.

Suggérer une correction
Top Actu
695 €
Lunéville - 100 m²
Appartement Lunéville
588 €
Farébersviller - 108 m²
Appartement Farébersviller
538 €
Farébersviller - 69 m²
Appartement Farébersviller
avec Logo Immoregion.fr
Suivez LORACTU.fr
télécharger notre extension