Université à Nancy : agressions à l'arme blanche liées à l'extrême droite

Nancy - 17/10/2012 10h14
Lu 1 003 fois -   La Rédaction
Université à Nancy : agressions à l'arme blanche liées à l'extrême droite
Faits Divers
Les affiches qui commencent à apparaître à la Fac de Nancy. Dr

Le retour du GUD, un groupuscule d’extrême-droite à l’Université de Lorraine sur plusieurs campus de Nancy avait été largement dénoncé par les étudiants et leurs représentants. Jusqu’à créer des tensions entre courants politiques.

 

Selon nos informations, deux agressions graves se sont déroulées vendredi dernier. Un membre de ce mouvement d’extrême droite aurait été agressé et frappé par un étudiant d’une sensibilité politique semble-t-il très différente. Les deux individus en sont venus rapidement aux mains aidés par d’autres membres respectifs de leurs formations politiques.

 

Des militants du GUD auraient fait usage d’armes blanches pour dissuader les autres jeunes. Cet « incident » comme l’appelle la direction de l’Université s’est déroulé sur le campus de la Faculté de droit. L’UNEF, un syndicat étudiant résolument à gauche demande à l’Université de déposer plainte. D’après elle la police a été saisie et une enquête judiciaire est en cours.

 

Une autre agression similaire ainsi que plusieurs accrochages se sont déroulés le même jour sur le campus de la Fac Lettres et Sciences Humaines. « La police n’a pu être alertée à temps. L'Université va déposer une plainte dès demain au commissariat pour ces faits » fait savoir l’Université de Lorraine dans un communiqué.

Le Président de l'Université « dénonce fermement » ces événements et va adresser un message « de vigilance » à l'ensemble des responsables de campus apprend-t-on de même source.

 

Un retour en force de l’extrême droite depuis la rentrée

 

Ce groupuscule d’extrême-droite, le Groupe Union Défense (GUD) tente depuis la rentrée universitaire un retour en force à l’Université de Lorraine notamment à la Fac de Lettres de Nancy. Les associations étudiantes sont montées au créneau. « La haine n’a pas sa place à l’Université » selon elles.

 

Des autocollants ornés de croix celtiques et des initiales GUD sont apparues aux alentours de certains campus nancéiens. Ces signes distinctifs de l’extrême droite ont fait leur retour depuis une année environ remarquent plusieurs associations étudiantes. Ce « syndicat » étudiant a été créé en 1968 à l’Université de Paris II Panthéon-Assas et se veut l’incarnation des idéologies « nationalistes » et « identitaires » au sein de la jeunesse. Or, plusieurs élections étudiantes dans les universités (récemment à de Lyon II et III) ont été marquées par des affrontements, des violences, ou encore des propos xénophobes ou homophobes.

 

Cette organisation d’extrême droite se revendique comme un courant alternatif au FN qui aurait « abandonné les campus ». Ainsi la propagande s’organise. Le groupe a fait savoir sur sa page Facebook qu’elle organisait des actions coup de poing de communication : autocollants, tracts… il utilise ainsi les réseaux sociaux pour mobiliser. La dernière action du GUD remonte à 2000. Plusieurs individus cagoulés avaient fait irruption dans un amphi de la Fac de droit bourré d’étudiants et ont lâché un rat (ndlr. c’est la « mascotte » du mouvement d’extrême droite) semant la panique.

Suggérer une correction

0 Commentaire

Envoyer
Top Actu
350 €
Saint-Avold - 21 m²
Studio Saint-Avold
800 €
Saint-Dié-des-Vosges - 120 m²
Fonds de Commerce Saint-Dié-des-Vosges
449 000 €
Thionville - 189 m²
Maison Thionville
425 000 €
Pouxeux - 168 m²
Fonds de Commerce Pouxeux
avec Logo Immoregion.fr
Suivez LORACTU.fr
télécharger notre extension