Cattenom en "vigilance extrême" face au risque d’attentats

Thionville - 25/11/2015 15h13
Lu 12 181 fois -   LORACTU.fr La Rédaction
Cattenom en "vigilance extrême" face au risque d’attentats
Economie
La centrale nucléaire de Cattenom (Moselle).

Des enquêtes systématiques sur toutes les personnes qui rentrent dans les centrales nucléaires sont menées, a annoncé le PDG d'EDF. A Cattenom (Moselle), l’une des centrales les plus importantes de France, la «vigilance est extrême» face à la menace terroriste.

 

"Nous avons un degré de vigilance extrême sur l'ensemble de nos installations", a déclaré Jean-Bernard Levy, sur France 2, précisant que le groupe est déjà "en alerte maximale" depuis les attentats qui ont frappé Paris en janvier 2015. EDF exploite les 19 centrales nucléaires présentes sur le territoire dont une à Cattenom en Moselle près de la frontière luxembourgeoise et allemande. "Nous faisons, en liaison avec les services de police et de gendarmerie, des enquêtes systématiques sur toutes les personnes qui rentrent dans les centrales nucléaires et bien évidemment, s'il y a des obstacles à ce que les gens puissent rentrer et bien ils ne rentrent pas" a précisé le patron d’EDF.

Des enquêtes sont lancées chaque année visant les salariés mais aussi les sous-traitants intervenant dans les centrales nucléaires du pays. Au total 100 000 enquêtes qui concernent 43 000 personnes. En revanche, EDF n'a "pas accès au fichier S" de renseignement, qui recense en France environ 10 000 personnes, dont des islamistes radicaux, a précisé le PDG du groupe. Manuel Valls a précisé mardi soir que près de 20 000 personnes sont fichées dont plus de 11 500 pour s’être radicalisés.

EDF ne sait pas si des employés sont fichés S

Avec ses quatre réacteurs de 1 300 mégawatts, mis en service entre 1986 et 1992, Cattenom est la septième centrale au monde en puissance installée, et la deuxième en France pour sa production d'électricité. Implantée à 5 km de Thionville, elle emploie 1 200 salariés et 300 prestataires permanents.

La centrale nucléaire de Cattenom avait déjà dû renforcer sa sécurité après le survol de drones dans son espace aérien. Des survols effectués à plusieurs reprises en 2014. L’armée avait mobilisée à proximité des moyens de renseignements mais les autorités avaient refusé de préciser les dispositifs déployés. L’AS (Autorité de Sûreté Nucléaire) avait pointé du doigt de nombreuses failles de sécurité dans les centrales en cas d’accident ou d’attaques : périmètres d’évacuation étriqués, sirènes d’alerte inaudibles, communications défaillantes, chaos prévisible: quatre ans après Fukushima, la France, dont le réseau de réacteurs est l’un des plus denses du monde, semble encore insuffisamment préparée à un accident nucléaire.

Suggérer une correction
Top Actu
165 000 €
Haute-Kontz - 1350 m²
Terrain Haute-Kontz
125 000 €
Lunéville - 120 m²
Maison Lunéville
410 000 €
Sarreguemines - 249 m²
Maison Sarreguemines
289 000 €
Metz - 230 m²
Maison Metz
avec Logo Immoregion.fr
Suivez LORACTU.fr
télécharger notre extension