Lorraine : le père projetait des films zoophiles et violait ses deux fils

Vosges - 02/03/2016 11h44
Lu 47 617 fois -   LORACTU.fr La Rédaction
Lorraine : le père projetait des films zoophiles et violait ses deux fils
Faits Divers
Des gendarmes à la recherche d'indices. PHOTO : ILLUSTRATION/ GENDARMERIE NATIONALE

Le verdict dans le procès de l’horreur – où un père de famille est jugé pour le viol de ses deux fils et de son beau fils – est attendu ce mercredi soir. Il risque jusqu’à 20 ans de réclusion criminelle. 

Un procès particulièrement sordide s’est ouvert ce lundi dont le verdict est attendu mercredi soir devant la Cour d’assises d’Epinal dans les Vosges. Il y a vingt-ans, un père de famille aurait violé à plusieurs reprises et de manière régulière ses deux fils. Durant quatre ans, de 1992 à 1996, l’enfant qui était alors âgé de 12 ans affirme avoir été violé presque quotidiennement par son père. Pendant des années, le jeune garçon assure avoir été sous l’emprise de son père aujourd’hui âgé d’une soixantaine d’années.

Les jurés devront aussi se prononcer sur le cas de son frère qui lui aussi affirme avoir été violé pendant plusieurs mois pendant l’année 1996 alors qu’il était âgé de 16 ans. Le père de famille qui sera sur le banc des accusés semble avoir un goût prononcé pour les jeunes garçons puisque des accusations similaires ont été lancées par son beau-fils, l’enfant de sa compagne de l’époque, qui aurait été violé pendant quatre ans de 92 à 96 alors qu’il était âgé de 16 ans. Avec une forte emprise psychologique et des menaces, il l’aurait lui aussi forcé à avoir des relations sexuelles.

LIRE AUSSI. Lorraine : le père de famille violait ses propres enfants et son beau-fils​

- Un procès plusieurs années après les faits -

Récemment, entre quinze et vingt-ans plus tard après les faits présumés, les trois victimes se sont enfin décidées à dénoncer leur père ou beau-père à la justice. L’accusé pendant l’instruction judiciaire a formellement démenti les accusations de ses deux fils et de son beau fils, reconnaissant toutefois avoir eu des relations sexuelles «consenties» avec… son beau-fils.

Le viol d'un mineur de plus de 15 ans est puni de 15 ans de prison. Les attouchements sexuels sont punis de 5 ans d'emprisonnement dans le même cas, selon le code pénal. Si la victime a moins de 15 ans, le viol est puni de 20 ans et les attouchements de 10 ans de prison et 150 000 € d'amende. Le père de famille risque d’ailleurs une lourde peine à cause de la circonstance aggravante de l’ascendance (inceste). A noter que les infractions sexuelles sur mineur bénéficient de délais de prescription allongés. C'est-à-dire que la plainte peut avoir lieu des années après les faits. La victime de telles infractions peut porter plainte jusqu'à ses 38 ans dans les cas les plus graves notamment s'il s'agit de viols. 

- Fellations contre cadeaux, films zoophiles -

Pendant le procès dont le verdict est attendu ce mercredi soir, l’un des enfants violé par son père a expliqué dans le détail devant la Cour d’assises la pression psychologique qu’il subissait. A l’époque, l’un des frères alors adolescent qui est fan de l’Olympique de Marseille (OM) demande à son père de lui acheter un maillot de son équipe préférée. Il accepte mais en échange d’une fellation de son fils. D’après son témoignage glaçant livré mardi devant la Cour, le père de famille forçait régulièrement son fils à se livrer à ces faveurs sexuelles en échange de cadeaux ou d’argent.

Le frère qui a subi moins longtemps (quatre mois) les ardeurs sexuelles de son père a livré un témoignage en ce sens. Il était forcé à faire des fellations à son père alors qu’il était âgé de 16 ans.

Quant au beau fils (sa mère était en couple avec le prévenu mais a été incarcérée pour assassinat entre temps), il a assuré qu’il a aussi été forcé à des faveurs sexuelles dont de nombreuses fellations. Pire, il était forcé à regarder des films zoophiles, à jouer à la console de jeu en robe de chambre pour mettre «en valeur» son sexe ou encore toucher le sexe d’autres hommes, des connaissances de ce père de famille.

Le prévenu encourt jusqu’à 20 ans de réclusion criminelle. Le verdict est attendu ce mercredi soir après les réquisitions de l’avocat général en fin d’après-midi. 

Suggérer une correction

0 Commentaire

Envoyer
Top Actu
167 000 €
Tendon - 200 m²
Maison Tendon
90 000 €
Saint-Dié-des-Vosges
Entrepôt Saint-Dié-des-Vosges
165 000 €
Ban-sur-Meurthe-Clefcy - 105 m²
Maison Ban-sur-Meurthe-Clefcy
192 000 €
Xonrupt-Longemer - 280 m²
Maison Xonrupt-Longemer
avec Logo Immoregion.fr
Suivez LORACTU.fr
télécharger notre extension