Dans les Vosges, Rama Yade se voit en "candidate anti-Le Pen"

Vosges - 13/02/2017 16h22
Lu 18 127 fois -   LORACTU.fr La Rédaction
Dans les Vosges, Rama Yade se voit en "candidate anti-Le Pen"
Politique
Rama Yade, candidate à la présidentielle de 2017 et exe-membre du gouvernement de Nicolas Sarkozy. (PHOTO: ARCHIVES/ Groupe ESG/ FLICKR/ CC)

La candidate «indépendante», ex-ministre de Nicolas Sarkozy assure vouloir être la candidate «anti Le Pen» face à la montée du Front national. Tout en fustigeant Emmanuel Macron, le candidat «du fric», Rama Yade assure qu’elle aura ses 500 parrainages.

Elle n’est pas mesurée dans les sondages d’intentions de vote mais qu’importe pour l’ex-ministre de Nicolas Sarkozy qui voit en sa candidature un «espoir» pour les «oubliés» de la France rurale et périphérique. Jeudi dans les Vosges, Mme Yade a effectué un long déplacement de cette «France profonde» avec peu de journalistes et de caméras de télévision alors que ses 500 parrainages, indispensables pour se qualifier à la présidentielle, ne sont pas encore acquis.

«Je suis la candidate anti-Le Pen» a confiée Rama Yade à LORACTU.fr en marge de son déplacement dans les Vosges où elle a enchaîné les visites d’entreprises. Elle a d’abord rencontré Eric Genay, entrepreneur en menuiserie puis Laetitia Divoux qui a fondé un hôtel 3 étoiles qui emploie huit personnes à Grandvillers, dans les Vosges rurales. Elle a ensuite les enchaîné avec une réunion avec les membres de l’association d’Est’elles executive qui milite pour l’égalité hommes-femmes. Enfin, elle a terminé sa tournée vosgienne par une rencontre d’élus locaux. Une occasion pour elle de réunir les 500 précieux parrainages. «Je suis environ à 400 promesses de parrainages, je suis confiante. Cela va au rythme que je souhaite» assure-t-elle. «Tous les maires qui me parrainent se sont engagés à le faire jusqu’au bout», «ce sont des maires ruraux». Sa candidature est «indispensable» dit-elle car les deux femmes qui vont concourir à cette élection «représentent les deux extrêmes, Nathalie Arthaud pour Lutte Ouvrière et Marine Le Pen pour le Front national» met en garde Mme Yade.

- Emmanuel Macron, le "candidat du fric" -

Avec sa candidature, elle espère empêcher Marine Le Pen d’accéder au second tour alors que tous les sondages confirment sa qualification à des niveaux élevés (24 à 26%). «On doit l’empêcher d’être au second tour. Par ailleurs, ma candidature qui est indépendante des appareils et des partis fera en sorte d’investir 577 candidatures pour les législatives» prévient Rama Yade. «Mme Le Pen reste accrochée comme une huitre à un rocher» s’inquiète-telle face à ses bons scores dans les sondages. «Le FN n’est pas la démocratie, regardons les enquêtes ouvertes autour de ce parti…». Assurant que ca candidature n’est pas un «témoignage» ou une «épine dans le pied» de François Fillon, son ex-Secrétaire d’Etat n’a pas hésité à crucifier l’ancien Premier ministre empêtré dans les affaires d’emplois fictifs présumés.

Selon elle, «Fillon va mener une campagne impossible» tandis qu’elle assure que lors de ses déplacements dans la «France rurale», «pas un habitant n’ignore le scandale et s’en désole». «Ce sont les électeurs de droit qui sont les plus déçus» a assuré l’ancienne prétendante à la présidence du Parti Radical, allié de l’UDI, qui a décidé de se ranger derrière François Fillon. Elle avait échoué face à Laurent Hénart, maire de Nancy, qui a pris la succession de Jean-Louis Borloo. Un violent contentieux avait opposé les deux figures centristes, jusque dans les tribunaux.

Rama Yade n’hésite pas à lâcher ses coups contre le candidat Les Républicains en nette baisse dans les sondages (autour de 17,5% à 20%), le qualifiant de «représentant d’un autre monde». «Cette affaire est un gâchis pour lui et sa formation politique» assure-t-elle, regrettant de ne pas être étonné de cette situation touchant M. Fillon depuis près de trois semaines.

- La candidate de la "France rurale", "des oubliés" -

Si elle échoue à être candidate ou même en cas de réussite, elle n’entend visiblement pas rallier Emmanuel Macron. Pour elle, le candidat d’En Marche! est celui «du fric». «Comment peut-il être l’incarnation des oubliés ?» a-t-elle fustigé auprès de LORACTU.fr. «Macron est dans l’entre-soi aristocratique» raille la candidate.

La candidate a dit vouloir mettre en place un dispositif «zéro charges pour les premières embauches dans les PME» mais aussi mettre «fin au génocide des communes rurales». Elle entendu aussi «faire de l’Education une priorité» pour mettre fin «à cette garderie et faire de l’école un lieu d’exigence et supprimer la réforme des rythmes scolaires» mise en place durant le quinquennat de François Hollande. Du côté régalien, en pleine «affaire Théo», elle assure qu’elle souhaite la mise en place du récépissé de contrôle par la police – «promis par les socialistes» et le retour de la police de proximité. «Les quartiers populaires ne doivent pas basculer vers le vote FN» a prévenu Rama Yade qui va poursuivre son tour de France en quête de soutiens… et de parrainages. 

Suggérer une correction

1 Commentaire

Urgo
Victor U. - il y a 12 jours
Signaler un abus
C'est une bien charmante personne, mais je doute fort qu'elle puisse rivaliser avec des "pros" du show politique. Pour le moment, on ne la voit point dans les médias. Répondre
Envoyer
Top Actu
163 000 €
Nancy - 83 m²
Appartement Nancy
349 000 €
Cattenom - 175 m²
Maison Cattenom
349 000 €
Mondorff - 175 m²
Maison Mondorff
234 000 €
Thionville - 111 m²
Maison Thionville
avec Logo Immoregion.fr
Suivez LORACTU.fr
télécharger notre extension