Affaire Grégory: les époux Jacob remis en liberté et placés sous contrôle judiciaire

Vosges - 20/06/2017 15h40 - mis à jour le 20/06/2017 16h46
Lu 45 175 fois -   LORACTU.fr La Rédaction
Affaire Grégory: les époux Jacob remis en liberté et placés sous contrôle judiciaire
Société
Dijon (Côte d'Or). Des voitures de gendarmerie, mardi 20 juin 2017 avec les époux Jacob à l'intérieur lors de leur présentation devant les magistrats de la cour d'appel.

Marcel et Jacqueline Jacob, des parents du petit Grégory, mis en examen et écroués vendredi pour enlèvement et séquestration suivis de mort, vont savoir s'ils restent en détention ou s'ils sont libérés.

La cour d'appel de Dijon a décidé de remettre en liberté immédiate des époux Jacob, mis en examen et placés pendant quatre jours en détention dans le cadre de l'enquête sur l'affaire Grégory. La grande-tante et le grand-oncle de Grégory sont soupçonnés d'avoir participé à l'enlèvement de l'enfant et à son crime il y a 32 ans. "La chambre d'instruction a entendu nos arguments sur la faiblesse des charges, voire sur l'inexistence des charges" a réagit mardi après-midi l'avocat de Marcel Jacob.

La libération s'effectue sous placement des deux suspects sous le statut du contrôle judiciaire. Les deux époux ne peuvent pas entrer en contact et devront être domicilés de manière séparée, selon l'avocat de M. Jacob. Ils ne retrouveront pas leur village des Vosges et ont interdiction de parler à la presse. Les deux suspects qui restent mis en examen doivent également pointer régulièrement à la gendarmerie, a-t-il indiqué. 

- Spectaculaire rebondissement 32 ans après -

Le sort carcéral des époux Jacob s'est joué à l'abri des regards. Invitée ce mardi matin à se prononcer sur le maintien en détention de Marcel et Jacqueline Jacob, mis en examen et écroués vendredi pour enlèvement et séquestration suivis de mort dans l'affaire Grégory, la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Dijon s'est réunie à huis clos. Et même un huis clos total puisque la presse n'a pas eu le droit de pénétrer dans l'enceinte du palais de justice.

La chambre de l'instruction de la cour d'appel de Dijon a étudié ce mardi matin le cas de Marcel et Jacqueline Jacob, le grand-oncle et la grand-tante de Grégory Villemin. La justice doit décider du maintien ou non en détention provisoire des deux septuagénaires qui ont été mis en examen pour "enlèvement" et "séquestration suivie de mort" dans cette affaire datant de près de 33 ans. La décision a été mise en délibérée et devrait être rendue vers 16 heures.

Les cas des deux mis en examen ont été étudiés successivement. D'abord celui de Jacqueline Jacob puis celui de son mari, Marcel. A chaque fois, le procureur général a réclamé le maintien en détention provisoire des deux mis en cause. "Il a estimé que cette décision s'avère nécessaire au regard de l'efficacité des investigations", indique Thierry Moser, l'avocat des parents du petit Grégory.

 "Je reste sur ma faim, il n’y a pas plus d’éléments dans ce dossier, a attaqué Me Stéphane Giuranna, l'avocat de Marcel Jacob. J'ai essayé de déceler dans le dossier ce qui pouvait lui être reproché." Lors de l'audience, son "client a hurlé son innocence". "Si la chambre respecte les textes, la faiblesse de l’instruction, et traite ce dossier comme les autres, mon client devrait être remis en liberté", insiste-t-il.

Nos articles sur l'affaire Grégory

Affaire Grégory: un couple au cœur des accusations et des zones d’ombre

Affaire Grégory: vers la piste du complot familial pour assassiner l’enfant​

Affaire Grégory: le parquet demande la mise en examen du grand-oncle pour "séquestration de mineur suivie de mort"

La petite vallée de la Vologne replonge dans le cauchemar de l’affaire Grégory

Affaire Grégory: Ginette Villemin, la tante de l’enfant, sort du silence​

Affaire Grégory: "si c’est eux, j’ai été élevée par des monstres" réagit la fille du couple écroué​

Affaire Grégory: la grande-tante et le grand-oncle mis en examen pour "enlèvement" et "séquestration suivie de mort"​

Affaire Grégory : le grand-oncle et la grande-tante de l'enfant déférés au parquet général​

Affaire Grégory: la grande-tante et la grand-mère suspectées d'être les "corbeaux"​

EN DIRECT. Affaire Grégory: suivez la deuxième conférence de presse du procureur dès 16H​

Interpellations dans l'affaire Grégory: 32 ans de rebondissements et de mystère​

"Ma cliente n'a pas écrit cette lettre, on est simplement sur des possibilités", scande Me Gary Lagardette, qui parle de "scandale" si sa client restait en prison. Les deux avocats assurent qu'ils déposeront un pourvoi en cassation si une décision en ce sens était prise.

Samedi dans une interview à L'Est Républicain, Valérie, fille de Marcel et Jacqueline Jacob qui a depuis longtemps "coupé les ponts avec eux", n'a pas exclu la culpabilité de ses parents.

"Ce n'est pas possible que ces gens-là aient quelque chose à voir" avec le meurtre, a rétorqué lundi Ginette Villemin, 61 ans, dont le défunt mari, Michel Villemin, oncle de Grégory, était très lié à Bernard Laroche, tout comme Marcel Jacob. Elle avait été placée en garde à vue la semaine dernière sans être mise en cause.

Les deux septuagénaires ont été mis en examen pour enlèvement, séquestration suivis de mort et placés en détention. Ils n'avaient jamais été inquiétés jusqu'alors même si leurs noms apparaissaient au fil des 12.000 pièces du dossier : dans un arrêt de 1993, la cour d'appel de Dijon les avait au contraire disculpés. Avec eux, l'accusation pense avoir identifié les fameux "corbeaux" et selon elle, "il y a un élément qui associe ces actes, ces lettres, les appels téléphoniques, l'acte d'enlèvement et la mort de l'enfant", plusieurs personnes ayant concouru à la réalisation du crime.

Suggérer une correction
Top Actu
70 000 €
Raon-l'Étape - 125 m²
Maison Raon-l'Étape
183 600 €
Saint-Max - 121 m²
Maison Saint-Max
328 600 €
Laneuvelotte - 195 m²
Maison Laneuvelotte
191 000 €
Tomblaine - 96 m²
Maison Tomblaine
avec Logo Immoregion.fr
Suivez LORACTU.fr
télécharger notre extension