Affaire Grégory: une suspecte remise en liberté, 2 proches toujours en garde à vue

Vosges - 15/06/2017 18h51 - mis à jour le 15/06/2017 22h50
Lu 11 142 fois -   LORACTU.fr La Rédaction
Affaire Grégory: une suspecte remise en liberté, 2 proches toujours en garde à vue
Faits Divers
Jean-Jacques Bosc, procureur général près la cour d'appel de Dijon , jeudi 15 juin 2017.

La tante de Grégory, placée en garde à vue mardi, a été remise en liberté en fin de journée jeudi a annoncé son avocat. Deux suspects restent entendus par les gendarmes jusqu’à demain: les époux Jacob, grande tante et grand oncle du petit garçon de 4 ans.

Lors de sa conférence de presse du 15 juin, débutée à 16 heures, Jean-Jacques Bosc, procureur général près la cour d'appel de Dijon a prévenu :  "Je suis pas ici pour vous annoncer que nous avons résolu l'affaire Villemin". Néanmoins, le magistrat a tenu à communiquer les derniers éléments de l'enquête, après un bref récapitulatif du travail mené par la section de recherche de la gendarmerie de Dijon, qui a repris l'affaire en 1987, soit trois ans après le meurtre, jusqu'à ce que l'affaire soit close en 1993. Mais depuis la réouverture du dossier le 3 décembre 2008, "les investigations ont été constantes" rappelle Jean-Jacques Bosc.

La grande tante et le grand oncle de l'enfant, qui "conservent leur droit au silence" selon le procureur de la République, sont toujours en garde-à-vue ce jeudi soir à Dijon. Par contre, la tante de l'enfant, Ginette Villemin a été remise en liberté dans la soirée de jeudi et aucune charge n'a, pour l'instant, été retenue contre elle a annoncé son avocat qui a été la chercher à la brigade de gendarmerie de Dijon. 

La fille des époux Jacob, le grand-oncle et la grande tante de Grégory, a été entendue ce jeudi matin par les gendarmes de Corcieux (Vosges), selon des sources proches de l'enquête. Ses deux parents ont été interpellés par les gendarmes mardi matin et sont en garde-à-vue jusqu'à vendredi matin à Dijon. 

- Les deux suspects, la grande tante et le grand oncle de Grégory, refusent de parler -

Selon le magistrat, de nouvelles investigations ont été menées depuis 2008, jour de réouverture du dossier, sur les lettres de menaces anonymes envoyées aux parents de Grégory en 1983 ainsi qu'au juge chargé du dossier en 1993. "Les résultats qui ont été donnés par ces expertises sont intéressants et sont de nature à nous faire progresser sur le chemin de la vérité", a affirmé le procureur général, faisant valoir les progrès techniques. 

LIRE AUSSI. Affaire Grégory: la grande-tante et la grand-mère suspectées d'être les "corbeaux"

EN DIRECT. Affaire Grégory: suivez la conférence de presse du procureur dès 16H​
 
Ces nouvelles expertises graphologiques permettraient de confondre Jacqueline Jacob, la grande-tante de Grégory, ainsi que Monique Villemin, sa grand-mère. L'écriture de la première serait similaire à celle des lettres en 1983, un an avant le drame, tandis que l'écriture de la seconde aurait des correspondances avec la missive de 1993 adressée au juge Simon.  

Les deux femmes sont donc suspectées d'être les corbeaux. Mais ne seraient pas les seules. Le procureur général a rappelé que les parents de Grégory avaient reçu des appels téléphoniques menaçants émanant d'une femme et d'un homme à "la voix rauque et essoufflée". 

A ce stade, selon le parquet, il est encore impossible d'identifier précisément l'auteur ou les auteurs de l'assassinat. "Plus personnes ont concouru à la réalisation du crime", a néanmoins assuré Jean-Jacques Bosc. Les analyses ADN menées jusqu'à présent n'ont rien donné. Le procureur général a rappelé qu'un témoin disait avoir aperçu, le jour du meurtre, un homme "à la moustache" accompagné d'une femme. 

- "Je ne sais pas qui est l'auteur" du crime, selon le procureur -

"Je ne sais pas qui est l'auteur" a affirmé le magistrat mais a indiqué que "je pense qu'on se rapproche de la vérité". "Il y a eu des repérages les jours avant le crime" a également assuré M. Bosc en précisant que témoignages indiquent que cest "l'homme à la moustache" qui était "parfois accompagné d'une femme" qui sont à l'origine de ces repérages et "surveillances". 

La maison de la grand-mère de Grégory qui serait l'un des "corbeau" lié au crime de l'enfant.
Le procureur a précisé les soupçons pesant sur plusieurs des personnes ciblées par les interpellations de mercredi. Evoquant de nouvelles analyses en graphologie, il a précisé que les résultats étaient "confondants" pour Monique Villemin, la grand-mère de l'enfant, et Jacqueline Jacob, sa grande-tante, actuellement en garde à vue. 

Suggérer une correction
Top Actu
480 000 €
Metz - 200 m²
Appartement Metz
110 000 €
Longwy - 108 m²
Maison jumelée Longwy
1 200 €
Ay-sur-Moselle - 130 m²
Maison individuelle Ay-sur-Moselle
135 000 €
Audun-le-Tiche - 73 m²
avec Logo Immoregion.fr
Suivez LORACTU.fr
télécharger notre extension